Les Cahiers dynamiques

revue professionnelle de la jeunesse, ministère de la Justice

par Loïc Haméon
2011, in La Revue des revues n° 46

Depuis le no 46 du mois d’avril 2010, Les Cahiers Dynamiques – revue professionnelle de la PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse), ministère de la Justice – sont imprimés et diffusés par les éditions érès. Sans doute ce choix a-t-il pour objectif d’assurer une plus large diffusion de la revue. En effet, depuis son premier numéro en janvier 1995, si celle–ci était accessible par commande et abonnement auprès du Centre National de Formation et d’Études de la PJJ, elle était essentiellement distribuée à chacune des institutions de cette administration réparties sur l’ensemble du territoire national : une diffusion jusqu’alors confidentielle donc.
Depuis les débuts, chaque numéro, sur une petite centaine de pages, réunit autour d’un thème-titre de multiples intervenants, provenant d’horizons très divers : éducateurs, professeurs techniques, infirmiers, formateurs, directeurs, stagiaires en formation, anciens professionnels en retraite, juges des enfants, substituts du procureur, avocats, médecins, psychologues et psychanalystes, sociologues, historiens, anthropologues, philosophes, anciennes jeunes personnes prises en charge par les institutions durant leur enfance… Tous et toutes interviennent soit comme auteur d’article de réflexion, soit comme participant à un entretien, une rencontre, une table ronde ou bien encore faisant l’objet de portrait ou de reportage.
Des rubriques enrichissent ces numéros, telles que des comptes rendus de lecture de publications universitaires, professionnelles ou même littéraires, ainsi que des informations régulières sur des colloques, séminaires, ou expositions à venir.
Une riche bibliographie autour du thème retenu et une biographie des auteurs terminent chaque livraison qui peut être ornementée, mais jamais systématiquement, de photographies ou bien de dessins.
Il convient ici de rappeller l’esprit initial revendiqué depuis les débuts de la revue : « Nous ambitionnons de révéler le sens de notre action éducative (…) nous avons besoin au-delà des textes d’analyse, des circulaires, des notes techniques, que les pratiques et les pensées se disent (…) il n’y a aucune volonté de modélisation ou d’exemplarité, simplement le souhait de faire partager les richesses de la création éducative ».
Plus de quinze années ont passé depuis le premier numéro des Cahiers Dynamiques. Le travail éducatif est aujourd’hui malmené par les effets de l’accumulation des lois relatives à l’enfance et à la délinquance des mineurs ainsi que ceux de la Réforme Générale des Politiques Publiques (RGPP). Aussi, si la revue tient toujours son contenu comme son format et sa régularité, il n’est pas sûr que l’esprit initial l’habite encore. En effet, si de par l’humilité constitutive que requiert toute action éducative les professionnels éprouvaient le besoin d’un espace pour dire leurs pensées, leurs pratiques et en révéler le sens, celles-ci leur sont désormais bien plus dictées – lorsqu’elles ne leur sont pas imposées – et la création éducative délibérément… refoulée !
De ce point de vue le titre même du no 46 des cahiers constitue tout un symbole : « Les jeunes au centre du travail éducatif », comme s’il devait pouvoir en être autrement ! Il est vrai que la place centrale de la RGPP (non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, redécoupages territoriaux et leur fermetures de structures afférantes…) et le durcissement des lois relatives à l’enfance imposent, de facto, le brouillage des finalités éducatives ainsi que d’infinies contorsions aux professionnels. Aussi sont–ils nombreux qui, lisant un tel titre, pourraient penser à une duperie cachée sous le masque de la formule convenue.

Partager cet article :