« Actualités d'Ent'revues

Le Programme du 31e Salon de la Revue

 

Comme chaque année, Ent’revues vous propose des débats, des discussions et des tables rondes d’une grande diversité.

 

 

PROGRAMME COMPLET

 

 

 

VENDREDI 15 OCTOBRE

 

OUVERTURE

20h30

 Salle Philippe Jaccottet

 

« TRAVELANGUE »

 

L’aventure TXT continue ! Son 34e numéro offre une large place aux écritures étrangères – avec Egor Zaïtsev, Ricardo Domeneck, Augusto dos Anjos, Raymond Federman… La revue nous entraîne et nous guide farcesquement dans le monde au gré d’une maquette originale qui propose des circuits touristiques, stages poétiques, avis de voyageurs, conseils et « craductions » utiles. Fantaisiste mais pas que, donnant à lire des voix fortes, l’équipe de TXT vous invite à en découvrir la variété et les surprises ! Pour ouvrir le 31e Salon de la Revue, une rencontre rythmée par des lectures solos ou chorales…  Avec Bruno Fern, Typhaine Garnier, Adrien Lafille & Christian Prigent.

 

 

 

SAMEDI 16 OCTOBRE

 

 

10h30-12h

 Salle Jacques Bouveresse

 

Au bureau… des Annales !

 

Valérie Tesnière publie aux éditions de l’EHESS Au bureau de la revue. Somme importante, cette histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle) aborde tous les aspects de la vie intellectuelle et éditoriale des revues et ouvre à une réflexion sur leur avenir. Son travail croise les enjeux qui traversent l’imposant numéro de rentrée des Annales intitulé « Autoportrait d’une revue », qui revient sur ses trente dernières années. Pour réfléchir ensemble l’actualité et la manière de travailler en revues, Ent’revues vous convie à une discussion entre Valérie Tesnière et Étienne Anheim médiéviste français, directeur d’études à l’EHESS, qui a dirigé la rédaction des Annales. Un débat animé par Jacques Munier.

 

12h-13h

Salle Philippe Jaccottet

 

« Harlem Renaissances : la modernité du New Negro »

C’est dans le contexte du meurtre de George Floyd aux États-Unis et de l’émotion provoquée jusqu’en France qu’a paru le n° 28 de la revue Riveneuve-Continents consacré à l’héritage de la Harlem Renaissance. Comment les fiertés noires exprimées dès les années 20 et poursuivies avec les mouvements de la négritude ou des décolonisations, notamment à travers la littérature, s’expriment jusqu’à aujourd’hui ? La revue propose des traductions (parfois inédites) des grands auteurs américains (Claude McKay, W.E.B. Du Bois ou Nella Larsen…), des rappels sur Léopold S. Senghor ou Aimé Césaire, mais aussi des contributions contemporaines pour ouvrir un débat plus que nécessaire. Avec l’historien Amzat Boukari-Yabara, Christine Laferrière (traductrice de Toni Morrison), l’écrivain Louis-Philippe Dalembert, Samba Doucouré (président d’Africultures) et la coordinatrice Makeda Moussa.

 

12h-13h

 Salle Jacques Bouveresse

 

États de l’art à l’état global

 

Quand les arts se globalisent, ils se standardisent, ils s’aseptisent… mais pas seulement ! Des échelles locales aux échelles globales, les frottements peuvent être l’occasion de bonheurs esthétiques sans commune mesure avec les seules questions de circulation. En écho à la coïncidence de trois dossiers sur l’esthétique, la culture et la musique mondialisées,  Multitudes invite Réseaux et Hermès à échanger sur la redistribution des enjeux artistiques et culturels en contextes globalisés. Un débat qui réunit Sylvie Octobre et Vincenzo Cicchelli (Réseaux), Damien Ehrhard (Hermès), Nathalie Blanc & David Christoffel (Multitudes).

 

13h-14h

Salle Philippe Jaccottet

 

Naissances en revues

 

Le nouveau-né encore fripé en couverture du n° 2 de Pourtant intitulé « Naissances » embarrasse — « C’est Nagasaki ! », a dit un de ses lecteurs — ou fascine. Une trentaine de nouvellistes, poètes et photographes y parcourent ce moment inouï, placé sous la marque de la joie, pourtant empreint de violence et de douleur. Réunis autour de Christina Mirjol, auteure de romans, de nouvelles et de textes pour la scène et de Gilles Bertin, l’un des animateurs de la revue, la photographe Pauline Marzanasco, les romancières et nouvellistes Emmanuelle Favier et Claudine Londre, les poètes Myriam OH et Vincent Es Sadeq (première publication) évoqueront ce numéro. Ils se demanderont, au miroir de la figure de passeuse et d’écloserie de la revue, comment créatrices et créateurs viennent au monde.

 

13h-14h

 Salle Jacques Bouveresse

 

Dissocier l’auteur et l’œuvre ?

 

Des campagnes virulentes et des actions coup de poing ont mis sur le devant de la scène la question récurrente des rapports entre la morale de l’auteur et celle de l’œuvre. Faut il récupérer l’œuvre de Céline malgré l’antisémitisme délirant des pamphlets ? Peter Handke, Prix Nobel 2019, critiqué pour son soutien à Slobodan Milošević est-il digne de cette distinction ? L’académie des Césars aurait elle du s’interdire de couronner le film J’accuse de Roman Polanski à nouveau accusé de viol sur mineure pour des faits prescrits ? À coups de pétitions et de tribunes deux camps s’affrontent : des indignés soupçonnés d’ordre moral ou atteints de « moraline » face à des partisans du droit de mal penser arguant du retour de la censure. Un débat animé par Antoine Spire qui réunit Yahia Belaskri (Apulée), Sonia Combe (En attendant Nadeau), Jean Le Boël (Pen Club) & Jean-Baptiste Para (Europe).

 

 14h-15h

Salle Philippe Jaccottet

 

L’Intranquille fête ses 10 ans !

 

Bel hasard, en 2021, L’Intranquille fait paraître ses numéros 20 et 21 ! Pour fêter dix années de découvertes littéraires et poétiques, d’échanges entre artistes, d’ouverture aux langues, aux genres, aux formes, l’équipe de la revue vous convie à un entretien entre Paul Dalmas-Alfonsi et sa fondatrice et animatrice des éditions L’Atelier de l’agneau Françoise Favretto.  Comme à la parution de chaque livraison, elle vous propose d’inscrire les voix poétiques par des lectures généreuses, en particulier de Chantal Chawaf par Isabelle D. Philippe. Avec la participation de Julien Blaine, Tristan Felix, Laurent Grison, Élodie Loustau, Valéry Meynadier & Caroline Saillant.

 

14h-15h

 Salle Jacques Bouveresse

 

« Ubu : 25 ans de traversées théâtrales en Europe »

 

 

Il y a 25 ans, en janvier 1996, paraissait le premier numéro de la revue UBU Scènes d’Europe. La guerre de Bosnie avait alors révélé les failles de l’Europe. Aujourd’hui, nous vivons dans une tout autre Europe et d’autres urgences nous interpellent. Comment la revue reflète-t-elle les changements de l’Europe du théâtre, l’évolution des formes et des écritures dramatiques, la place du spectacle vivant dans cet espace ? En quoi constitue-t-elle l’archive d’un quart de siècle de créations d’artistes européens ? Avec Lucien Attoun, Gilles Costaz, Jean-Pierre Thibaudat… Une rencontre animée par Chantal Boiron, rédactrice en chef d’Ubu Scènes d’Europe.

 

15h-16h

Salle Philippe Jaccottet

 

« La Louisiane », dernier hôtel littéraire à paris ?

 

L’Hôtel parisien La Louisiane a accueilli de nombreux artistes et écrivains, depuis Verlaine jusqu’à Olivier Py en passant par Beauvoir et Sartre, Juliette Gréco et Miles Davis, Albertine Sarrazin ou Albert Cossery… Toujours atypique, cet établissement près de la place Saint-Sulpice, rue de Seine, héberge de nouvelles générations de créateurs non moins prometteurs que leurs aînés de Saint-Germain-des Prés. Pour explorer ce lieu, Laurent Doucet, co-directeur de A littérature action, rassemble autour du dernier numéro Charlotte Saliou, Michel La Veaux, Julie Lautier, Fabien Mara…

 

15h-16h

 Salle Jacques Bouveresse

 

La Forme pour révéler le fond

 

La revue POLYGRAPHE(S) — approches métissées des actes graphiques est née de la volonté de faire se rencontrer des chercheurs en sciences humaines et sociales issus de disciplines variées, peu habitués à dialoguer entre eux, sur des thématiques liées à la communication figurée. Trois membres de la rédaction présenteront la revue et dialogueront avec l’artiste qui a créé l’illustration de couverture et de rubriques du deuxième numéro, laquelle est propre à chaque nouvelle parution. Avec Philippe Hameau (directeur de publication), les anthropologues Francesca Cozzolino, Delphine Leroy & le plasticien Étienne Yver.

 

16h-17h30

Salle Philippe Jaccottet

 

Grand entretien avec Philippe Forest

 

Les œuvres littéraires et les essais de Philippe Forest se sont, depuis trente ans, largement imposés. Il a publié en 1995, une Histoire de Tel Quel, somme de référence sur l’une des revues majeures du dernier demi-siècle. Il collabore à de nombreuses publications – Art Press, Le Magazine littéraire ou Transfuge – et a codirigé La Nouvelle revue française de 2011 à 2014. Il s’entretiendra avec Tiphaine Samoyault, rédactrice en chef d’EaN. Un entretien imaginé dans le cadre du partenariat d’Ent’revues avec En attendant Nadeau.

 

16h-17h

 Salle Jacques Bouveresse

 

Hommage à Bernard Noël

 

Bernard Noël est une figure majeure de la deuxième partie de XXe siècle. Sa poésie, ses textes, ses interventions, ses positions et ses engagements nous marquent en profondeur. Il a participé à de nombreuses revues, s’est engagé dans leur univers fécond. Europe lui a consacré un numéro substantiel en 2011. Ent’revues vous propose une rencontre pour évoquer son parcours, ses amitiés, ses convictions, ses livres, ses choix. Autour du directeur d’Europe, Jean-Baptiste Para, retrouvez des familiers et connaisseurs de son œuvre : Yves Boudier, Chantal Colomb, Réginald Gaillard & Christian Rosset. Une Périphérie du Marché de la poésie.

 

17h-18h

 Salle Jacques Bouveresse

 

Documents, histoire d’une revue choc

 

Les Nouvelles Éditions Place ont édité un nouveau fac-similé de la célèbre revue Documents qui n’offre ni méthode ni savoir, mais une approche, par la distanciation, le décentrement, le dépaysement, un autre rapport au monde et aux cultures. Ce que Bataille et ses compagnons attendaient, c’est un choc, un ébranlement, un « dérèglement de tous les sens » et une abolition de toute hiérarchie en art. Quelle est son histoire et sa démarche, son héritage dans le champ éditorial ? Existe-t-il aujourd’hui des revues qui l’investissent autant ? Une telle ambition est-elle au XXIe siècle encore envisageable ? Pour évoquer Documents et approcher ces enjeux, retrouvez Jean Jamin (anthropologue, fondateur de Gradhiva et ancien directeur de L’Homme), Jérôme Duwa (enseignant et critique) & Cyrille Zola-Place (directeur des Nouvelles Éditons Place).

 

17h30-18h30

Salle Philippe Jaccottet

 

Partage des voix

 

Phœnix a 10 ans ! Issue de Sud, d’Autre Sud et héritière des Cahiers du Sud, elle met en lumière des voix poétiques vivantes et ouvertes. Autour de ses derniers numéros, respectivement consacrés à Jean-Pierre Lemaire et Lucie Taïeb, toute l’équipe vous convie à un « Partage des Voix ». Avec des interventions et des lectures de Sylvestre Clancier, Seyhmus Dagtekin, Jacques Darras, Marc Delouze, Étienne Faure, Jean-Pierre Lemaire, Jacques Lèbre, Serge Pey & Lucie Taïeb.

 

18h-19h30

 Salle Jacques Bouveresse

 

La médecine comme prophétie ?

 

L’information en médecine nous rend-elle plus libres, ou, au contraire, nous enchaîne-t-elle à un destin écrit d’avance ? Ouvre-t-elle notre avenir ou peut-elle contribuer à le troubler, l’obscurcir ou le clore ? Nous disposons certes du droit légal d’être informé de notre état de santé, mais cette ouverture complexe interroge profondément les pratiques médicales ainsi que nos conceptions de l’égalité et de la liberté. Un débat autour de la notion « d’avenir ouvert » qu’explore la Revue française d’éthique appliquée dans son 10e numéro, avec Sébastien Claeys (RFEA), Marie-José Del Volgo (Cliniques Méditerranéennes), Marc Lebiez (En attendant Nadeau) & Paul-Loup Weil-Dubuc (RFEA).

 

18h30-19h30

Salle Philippe Jaccottet

 

« Mutations, conflits & opium »

 

Étrange conjonction : il y a moins d’un an, en pleine pandémie et deux petits mois à peine avant que le covid tourne au variant anglais, Dissonances « mutait » ! Son 40e numéro s’étoffait de 8 pages supplémentaires (dont 4 consacrées à deux rubriques nouvelles) en dos carré-collé. Elle vous invite à venir découvrir cette nouvelle formule et les trois numéros – « Mutations », « Conflits » et « Opium » – parus au cours d’une année perturbée, et à rencontrer l’équipe au grand complet, écouter les auteurs lire des textes publiés, discuter, dissonner… et fêter, « pour de vrai », nos retrouvailles enfin autour d’un petit verre d’excellent Savennières (toutes les traditions n’étant pas à jeter) !

 

 

 

 

DIMANCHE 17 OCTOBRE

 

 

 

10h30-12h

Salle Philippe Jaccottet

 

Les jeunes revues, démasquées !

 

Il en faut de l’énergie pour créer une revue, du désir, de la détermination ! Et quel bonheur de voir arriver, sentant l’imprimerie, les premiers numéros. Mais là, la vie concrète des revues commence : librairies, envois, transports. Se faire lire, se faire voir, savoir n’est pas simple. Alors quand une pandémie s’en mêle… La jeunesse de ces trois revues a-t-elle permis de trouver des solutions particulières à cette situation qui nous a tous saisis ? Comment créer, publier dans un calendrier contraint, comment résister à la défaveur de l’époque ? COCKPIT qui naît avec le confinement (no 1, avril 2020), Chiche se lançant, d’abord sur la toile, puis en papier (no 0, juin 2020 – en ligne ; no 1, février 2021), Débridé la petite dernière (no 1, juin 2021) viennent à notre rencontre et partagent leurs expériences. Des échanges animés par Jeanne Bacharach d’En attendant Nadeau.

  

12h-13h

Salle Philippe Jaccottet

 

La revue littéraire : mémoire vivante ou Lettres mortes ?

 

Quelle sont la place, les enjeux, les formes, les organisations d’une revue littéraire dans une époque bouleversée par les changements numériques et la circulation des savoirs et des informations ?  Elles ont eu une place centrale évidente dans l’histoire des lettres et des idées. Malgré leur discrétion, elles s’affirment comme découvreuses d’auteurs, avant-gardistes, expression d’un manifeste, d’un courant littéraire, bulletin d’amis d’auteur, revue de création… Leur rôle demeure immense ! Les connaître, les fréquenter, apparaît essentiel pour la compréhension du paysage littéraire et des courants d’opinion. La Fédération nationale des maisons d’écrivain & des patrimoines littéraires vous invite à débattre du rôle d’une revue littéraire aujourd’hui, de ses contenus, de l’aventure éditoriale qu’elle représente. Une rencontre proposée par L’Actualité Verlaine, avec Les Amis de Jean Proal, Les Amis de Jacques Rivière-Alain-Fournier, l’Association André Beucler et l’Association Alexandra David-Néel.

 

12h-13h

 Salle Jacques Bouveresse

 

Du toucher

 

L’on a longtemps cru que la vue était le sens le plus pur car sans contact, et le plus sûr car donnant ses objets en relief dans l’espace. Jusqu’au XVIIIe siècle, les philosophes en ont même fait le sens philosophique par excellence. Or, au siècle dit « des Lumières », changement de paradigme. L’on découvre une vue que la vue ne donne presque rien à voir, et que le toucher lui sert de béquille, remplaçant en somme le dispositif divin de l’institution de nature, réfutation de l’opinion absurde que les personnes aveugles n’ont aucune notion de l’espace. Une discussion philosophique proposée par Approches, avec Jean-Christophe Attias, Marie Balmary, Jean-Daniel Lalau & Dominique Tabone-Weil.

 

13h-14h

Salle Philippe Jaccottet

 

Une revue en présen(c)iel

 

Dans son septième numéro, consacré aux Espagne[S], la revue annuelle pluridisciplinaire Phaéton a choisi de rendre hommage aux Cahiers du Sens, édités par Le Nouvel Athanor, en présence de ses fondateurs, Jean-Luc Maxence et Dany-Marc. Défenseurs passionnés de la poésie, pendant trente années d’édition, ils ont permis à un corpus poétique unique d’exister pour aujourd’hui et pour demain encore. La rencontre sera ponctuée par la lecture d’une sélection de poèmes. Phaéton présentera également Katia-Sophia Hakim, auteure d’un essai sur Candelas, personnage féminin de L’Amour sorcier de De Falla, et les réponses d’Hervé Le Tellier à son questionnaire de Proust.

 

13h-14h

 Salle Jacques Bouveresse

 

Habiter

 

Comprendre les manières d’habiter, c’est saisir des expériences de vie, analyser les logiques sociales qui sous-tendent le rapport à soi et aux autres. Cette dimension anthropologique nous l’avons toutes et tous éprouvé pendant les confinements. Elle tient aux conditions objectives de l’habitat –  individuel ou collectif –   ou du logement – petit, grand, disposant ou non d’un extérieur. L’habiter renvoie aussi à nos identités et au rapport subjectif que nous entretenons à notre intérieur. Cela questionne enfin nos représentations de l’espace privé et notre capacité à le réinventer. En faisant entendre des paroles d’artistes, de philosophes et de sociologues, ce numéro de la revue 303 propose une réflexion sur les normes de l’habiter. Avec des interventions des sociologues Frédérique Letourneux et Elvire Bornand.

 

14h-15h

Salle Philippe Jaccottet

 

Les 20 ans de Chèvre-feuille étoilée

 

Chèvre-feuille étoilée qui publie la revue Étoiles d’encre fête deux décennies d’une aventure éditoriale et humaine forte. Comme l’écrivent leurs animatrices : « Vingt années de passion qui nous ont apporté tous ces mots, tous ces textes courts ou longs, tous ces livres, toutes ces femmes qui nous ont fait confiance, qui ont cru en nous, qui nous ont confié un peu de leur âme, de leur intelligence, de leurs émotions et même, souvent, beaucoup de leur amitié en restant toutes et toujours dans l’exigence littéraire et artistique. Rien que dans cette essentielle exigence. » Retrouvez, autour des deux derniers nos, Behja Traversac, Marie-Noël Arras & de nombreuses auteures.

 

14h-15h

 Salle Jacques Bouveresse

 

Sur les routes du travail

 

Ici Bazar est une revue de reportages réalisée sur les routes. Depuis 2017, la journaliste Cécile Gavlak et le photographe Alexis Voelin parcourent les routes à bord de leur camion aménagé en quête de celles et ceux qui contribuent à créer un autre monde du travail : plus humain, moins absurde, moins uniforme. Sans chercher à masquer les difficultés qu’impliquent de tels choix, leurs reportages racontent la manière de vivre de ces personnes inspirantes qui mettent ce qu’elles font en adéquation avec ce qu’elles sont. À travers ces récits, on explore des pistes de réflexion sur ce qu’il nous reste de nos libertés d’être, de faire et de penser au travail ? Le duo racontera comment il perçoit et vit son travail journalistique et son engagement, plus poétique que politique.

 

15-16h

Salle Philippe Jaccottet

 

Figures de l’exil

 

Créée l’an dernier, la revue Blink Blank rend compte de la diversité et de la créativité du cinéma d’animation. Dans le prolongement de son 4e numéro, son équipe, réunie autour de Jacques Kermabon, s’intéresse aux manières qu’a l’animation de donner la parole à celles et ceux qui, aujourd’hui comme hier, quittent leur maison, leur village, leurs proches pour fuir la guerre, l’oppression ou la pauvreté. De Fievel et le nouveau monde de Don Bluth à Flee de Jonas Poher Rasmussen, en passant par La Traversée de Florence Miailhe, Interdit aux chiens et aux Italiens d’Alain Ughetto, ou encore Josep d’Aurel, ces récits nous sont transmis par des cinéastes qui, grâce à leur art, les traduisent en expériences sensibles pouvant être comprises et partagées de génération en génération. Une question d’actualité qui traverse et fonde notre commune humanité. Avec Jacques Kermabon, rédacteur en chef, et des membres de la revue.

 

15h-16h30

 Salle Jacques Bouveresse

 

Grand entretien avec Maurice Olender

 

À l’occasion des 40 ans de la revue Le Genre humain qu’il a fondée et dirigée, Maurice Olender reviendra sur la revue comme espace collaboratif et démocratique. Comment est-on conduit à fonder une revue ? Quels principes y président ? Comment la concevoir comme un lieu utopique et pluridisciplinaire ? Comment conjuguer l’expérience de responsable de revue à celle de directeur de la collection « La Librairie du XXIe siècle » ? Autant de questions auxquelles Maurice Olender, historien et éditeur au Seuil, abordera dans un échange avec Johan Faerber. Un entretien imaginé dans le cadre du partenariat d’Ent’revues avec Diacritik.

 

16h-17h

Salle Philippe Jaccottet

 

L’Ukraine, notre frontière européenne

 

L’Ukraine, pivot géopolitique de l’Europe, est devenu notre « souci d’Europe ». Depuis 2013, nous touchons là, face à la Russie, notre frontière orientale, tandis que l’Union européenne s’était rêvée en marché de consommateurs sans frein ni frontière. La guerre dans le Donbass nous ramène à une réalité qui est d’abord celle de l’histoire et de ses racines dont on ne peut se défaire impunément, au risque sinon de disparaître. Dans son ultime livraison, NUNC s’est penché sur ce pays méconnu des Français, pour défricher son Histoire tumultueuse, éclairer sa mosaïque religieuse complexe et évoquer la racine littéraire de la langue ukrainienne (Taras Chevtchenko) ainsi qu’une des voix importantes de la poésie et la musique ukrainienne d’aujourd’hui : Jadan. Une rencontre avec Antoine Ariakovsky, Réginald Gaillard & Alain Guillemoles.

 

16h30-17H30

 Salle Jacques Bouveresse

 

« Ceci n’est pas une revue »

 

Notre partenaire AOC, vous convie à un débat sur les revues aujourd’hui, sur leur place, la manière dont on les lit. En effet, la distance entre revues et presse a pu paraître brouillée depuis l’arrivée du numérique qui, par exemple, a facilité la périodicité quotidienne. Quel est justement leur rapport respectif au temps ? Comment conditionne-t-il aujourd’hui, conjointement à de nouveaux modes d’accès et à de nouveaux formats, les pratiques de lecture correspondantes ? Temps des revues, temps des médias, temps de l’actualité — telles sont quelques-unes des questions que le quotidien en ligne AOC propose de discuter avec Sylvain Bourmeau et les revues Critique et Les Temps modernes.

 

17h-18h

Salle Philippe Jaccottet

 

Débuter, avec Débuts

 

+40% de manuscrits reçus par les maisons d’édition l’année dernière, a-t-on entendu. Réponse de certaines maisons : fermer les vannes. La revue littéraire Débuts a été créée dans un contexte de report des parutions de primo-romanciers. S’il n’est pas évident que tout écrivain souhaite être publié en livre, il est pourtant vrai qu’accéder à une première édition en volume en France reste complexe. Charge à l’éditeur, à la qualité du texte, à l’équilibre financier ? Peu importe : Débutsa souhaité, comme nombre de revues, donner voix à ceux qui écrivent. La revue parle donc des débuts – de textes, de romans, d’incipits, d’écrivains – sous différentes formes. Nous évoquerons l’impact du premier livre pour un auteur et les raisons d’être de Débuts. Et nous lirons… L’un de nos débuts.

 

17h30-18h30

 Salle Jacques Bouveresse

 

Partez à l’aventure !

 

Zone Critique est une revue culturelle annuelle consacrée à la littérature et au cinéma contemporains. Chaque numéro est structuré autour d’un thème qui entre en résonance avec l’actualité.  Notre deuxième numéro se construit comme une invitation au voyage. Nous avons décidé d’explorer les possibilités d’évasion offertes par le cinéma et la littérature. En ces temps d’enfermements collectifs, nous croyons qu’il est plus que jamais nécessaire de faire souffler un vent de liberté dans les esprits et dans la prose. Son équipe vous invite à découvrir son nouveau numéro avec Corentin Destefanis, Pierre Poligone & Sébastien Reynaud.

 

18h-19h

Salle Philippe Jaccottet

 

Deux canards !

 

Un journal de faux faits divers (Des faits), un feuilleton mural en copiés-collés (Marteloire) : telles sont les deux expériences a priori très différentes menées par la même équipe depuis 2018. Dans les deux cas, l’inspiration première est celle des « canards », feuilles volantes de « nouvelles sensationnelles » autrefois distribuées par colportage, avec leurs récits violents et leurs gravures sur bois d’un noir charbonneux. Dans les deux cas, il s’agit de « revues à contraintes » où la forme détermine fortement le fond. Explications sur le pourquoi et le comment avec un dessinateur (Quentin Schwab) et deux copieurs-colleurs (François Burkard et Yves-Marie Bonhoure). Monstration de quelques canards vintage. Et, pour les plus motivés, atelier collage d’affiches dans les rues avoisinantes.

 

 

 


Partager cet article :