Catherine Millet et Jacques Henric dans les bureaux d'artpress : photographie de Virginie Restain pour La Rder

Au fil des livraisons

Vous trouverez ici, sans hiérarchie aucune, la description de numéros de revues qui nous sont parvenus, sans distinction de champ, de thématique … dans l’ordre chronologique inverse.

Au fil des livraisons

La voix des jeunes libraires

  Ce premier numéro de L’Ivresque est peut-être un collector. Peut-être, oui, que ce sera le seul et unique du genre. Les diplômés de la promotion 2021-2023 de L’École de la librairie, basée à Maisons-Alfort dans le Val-de-Marne, nourrissent « l’espoir que les futures promotions [de cet organisme de formation] reprendront le flambeau », écrivent-ils dans une

Publié le

Au fil des livraisons

Lire à l’affût

  Il y a les animaux diurnes et les animaux nocturnes, les carnivores et les végétariens… et il y a les animaux d’hiver et de printemps, bien étranges, les animaux qui parlent, écrivent par saisons… Ceux-là animent une revue qui porte leur nom, au singulier, une revue de poésie, juste de poésie, sans fioritures, sans

Publié le

Au fil des livraisons

Au Rendez-vous des amis (4)

  « Je ne m’occupe pas de la mort. Elle viendra quand elle voudra. Tant qu’elle n’est pas là, je fais comme si je devais vivre éternellement : j’aime, j’agis, je travaille ». Ces lignes sont extraites d’un carnet d’André Spire (1868-1966). Nous sommes en 1950 quand il les écrit, il a alors 82 ans et il suivra

Publié le

Au fil des livraisons

À l’Est, du nouveau

  La parution de la revue trimestrielle Kometa, sous-titrée à l’Est du nouveau, est une bonne nouvelle, après quatre ou cinq tentatives sur le même sujet depuis une cinquantaine d’années. Certaines, comme L’Autre Europe ou L’Alternative, n’ont vécu que quelques années. Espérons que celle-ci tiendra le coup. Elle a belle allure. Elle semble disposer des

Publié le

Au fil des livraisons

Au Rendez-vous des amis (3)

  Heureux qui comme Pierre Michon a désormais des Cahiers à son nom. Et des Cahiers fort studieux, copieux et, ce qui est le plus important, très intéressants. Ils le seront d’autant plus pour le lecteur qui connaît un peu (c’est tout de même préférable) l’œuvre michonienne (Vies minuscules, Les Onze, Le roi vient quand

Publié le

Au fil des livraisons

Au rendez-vous des amis (2)

Ent’revues vous propose une nouvelle chronique entièrement consacrée aux cahiers, bulletins, feuilles, d’amis d’écrivains ou d’artistes… Déambulations et curiosités réjouissantes en perspective… Après avoir célébré Romain Rolland, Anthony Dufraisse lit le Haïdouc, revue consacrée à Panaït Istrati dont il fut le premier des lecteurs.   S’il est un nom familier aux lecteurs de Romain Rolland,

Publié le

Au fil des livraisons

Les colères vitales

Pour ce premier numéro imprimé par les jeunes et talentueuses Éditions Atonale, la revue Asameena célèbre les colères vitales.   « Colère, ghadab, rage, anger ». Comme la revue Papier machine, Asameena prend pour fil conducteur un mot. Ici, « c’est parce que nous avons été en colère ces deux dernières années, et parfois, nous

Publié le

Au fil des livraisons

Au rendez-vous des amis (1)

Ent’revues vous propose une nouvelle chronique entièrement consacrée aux cahiers, bulletins, feuilles, d’amis d’écrivains ou d’artistes… Déambulations et curiosités réjouissantes en perspective… Le premier épisode fête le cinquantième numéro des Études Romain Rolland. Cahiers de Brèves en même temps que le centenaire d’Europe.       Parmi les centaines et centaines de revues qui existent, beaucoup sont

Publié le

Au fil des livraisons

Portrait infini de Jean Guéhenno

  Pour leur neuvième et double publication, les Cahiers Jean Guéhenno s’intéressent au destin de la première femme de Jean Guéhenno, née Jeanne Maurel en 1890, son épouse depuis le 27 avril 1916, agrégée d’histoire en 1915 avant qu’il ne le soit lui-même, en 1920 et en lettres. En 1931, elle traduit au féminin, sous

Publié le

Au fil des livraisons

Partager le danger de la poésie

  On ne lit pas une revue de poésie comme une autre revue. Il y a comme une appréhension sourde qui nous saisit avant de s’y plonger, avant de décider comment on y plonge – par le commencement, par un poète que l’on connaît ou que l’on aime, par le hasard d’un nom, au gré

Publié le