Libres propos

Ici se pourront lire des textes considérant le phénomène revue selon un point de vue particulier, développant un aspect précis ou une situation particulière, exemplaire ou exceptionnelle. Tribunes, analyses, réflexions générales et billets d’humeur y seront accueillis et présentés selon l’ordre chronologique inverse.

Libres propos Publié le

Maurice Mourier : Il n’y a pas de sot métier (IV)

  Universitaire, diplomate, critique de cinéma et de littérature, romancier, poète, documentariste, jardinier à ses heures, Maurice Mourier a beaucoup écrit dans des revues – d’Esprit à La Quinzaine littéraire de Maurice Nadeau -, sur des films, des livres, des poètes : de Mizoguchi à François Villon, de Claude Simon à Jón Kalman Stefánsson…   Il écrit aujourd’hui… Lire »

Libres propos Publié le

Maurice Mourier : Il n’y a pas de sot métier (III)

  Universitaire, diplomate, critique de cinéma et de littérature, romancier, poète, documentariste, jardinier à ses heures, Maurice Mourier a beaucoup écrit dans des revues – d’Esprit à La Quinzaine littéraire de Maurice Nadeau -, sur des films, des livres, des poètes : de Mizoguchi à François Villon, de Claude Simon à Jón Kalman Stefánsson…   Il écrit aujourd’hui… Lire »

Libres propos Publié le

Maurice Mourier : Il n’y a pas de sot métier (II)

  Universitaire, diplomate, critique de cinéma et de littérature, romancier, poète, documentariste, jardinier à ses heures, Maurice Mourier a beaucoup écrit dans des revues – d’Esprit à La Quinzaine littéraire de Maurice Nadeau -, sur des films, des livres, des poètes : de Mizoguchi à François Villon, de Claude Simon à Jón Kalman Stefánsson… Il écrit aujourd’hui régulièrement… Lire »

Libres propos Publié le

Maurice Mourier : Il n’y a pas de sot métier (I)

  Universitaire, diplomate, critique de cinéma et de littérature, romancier, poète, documentariste,  jardinier à ses heures, Maurice Mourier a beaucoup écrit dans des revues – d’Esprit à La Quinzaine littéraire de Maurice Nadeau –, sur des films, des livres, des poètes : de Mizoguchi à François Villon, de Claude Simon à Jón Kalman Stefánsson… Il écrit aujourd’hui régulièrement… Lire »

Libres propos Publié le

Débat autour de Front Noir

Ent’revues a publié dans le n° 63 de La Revue des revues une lecture substantielle de Jérôme Duwa du livre Front Noir 1963-1967, Surréalisme et socialisme de conseil paru au Éditions Non Lieu qui fut l’objet d’une rencontre au Salon de la revue en 2019, permettant à l’éditeur et aux auteurs du livre de revenir sur l’histoire de cette… Lire »

Libres propos Publié le

Revues en vue

  Qu’est-ce qu’on fait d’une revue une fois qu’on l’a lue ?   On la donne, on la prête (en glissant négligemment à l’heureux destinataire que ça n’est pas très grave si on ne vous la rend pas…), on la découpe (une page, un article, des images…), on la met de côté, sous une autre revue,… Lire »

Libres propos Publié le

Ça sent le sapin (ou Pépère Noël s’interroge)

  Bientôt Noël. Ouais, déjà. Vous je ne sais pas, mais moi, pour les cadeaux, je m’y prends tôt. Suis pas du genre à me réveiller à la toute dernière minute et, dans un état proche de la panique, à courir les magasins à quelques heures du réveillon. Non, non, non : j’an-ti-ci-pe. Je fais mes… Lire »

Libres propos Publié le

Une absence remarquée

Une semaine après l’ouverture du Salon du livre rebaptisé Livre Paris, Anthony Dufraisse regrette que l’on ne donne aucun espace ni aucune visibilité aux revues…   Il y a quelques jours, je me suis rendu au Salon du Livre, pardon : à Livre Paris, puisque c’est ainsi, paraît-il, qu’il faut désormais dire. Quelques poignées de main,… Lire »

Libres propos Publié le

Exercice de réminiscence : Pourquoi des revues ? par Jérôme Duwa

Ces notes, souvenirs et réflexions mêlés, résultent de la conversation entre quelques Aufklärer réunis dans un salon de l’Hôtel d’Avejan (CNL), au 53 rue de Verneuil, le lundi 6 novembre 2017. Après les salutations d’usage, les invités-revuistes vont s’assoir derrière une longue table rectangulaire, trois micros, cinq bouteilles d’eau plate. Devant eux, une assistance d’une… Lire »

Libres propos Publié le

“Mais comme je suis frivole…”

“…j’ai un cœur d’artichaut.” dit la chanson de Bourvil “Pour sûr” (1946, paroles de Jean Rafa). Peut être est-ce l’approche du printemps (plus que trois jours !) qui inspire cette chronique. Et l’apparition d’Artichaut dans nos rayons. Que voilà un titre original : peu de références végétales à l’index d’Ent’revues, malgré Le Potager des revues… Lire »