« Au fil des livraisons

Combinatoire : Les Cahiers de Tinbad, n°3

Et de trois pour Les Cahiers de Tinbad, qui montrent une nouvelle fois une réelle densité. D’une allure qui, curieusement, n’est pas sans évoquer L’Infini (le rouge du titre, le blanc cassé de la couverture et jusqu’aux dimensions de la publication), cette revue continue de faire fond sur une conception créative de l’expérience critique. Dans ces pages on semble vouloir appliquer à la lecture – toute lecture : de films, de livres, de photos, etc. – le vœu de Godard à une époque (d’ailleurs rappelé au détour d’un texte de Guillaume Basquin, l’animateur de la revue) : « Ne pas écrire sur les choses ; mais à partir des choses ». Ce qui suppose immersion plutôt que position en aplomb, et davantage dialogue que jugement. Si différentes qu’elles soient de forme (poèmes, fragments, carnets, récit, journal… et encore ces formes ne sont-elles pas aussi immédiatement identifiables que cet inventaire, par commodité, le laisse penser), les contributions, une vingtaine, paraissent se répondre. Ceci, autant qu’une question de récurrence thématique, est affaire de tonalité, de fréquence. Et même, dirait-on, l’orchestration du sommaire est telle que les textes semblent répondre les uns des autres suivant une même volonté d’hybridité. Tout ici est miroir, mélange, alliage, combinatoire : Muriel Compère-Demarcy dans l’ombre portée d’Artaud, Éric Rondepierre à partir du travail de l’artiste canadien Jeff Wall, Basquin à travers le ciné-poète Jacques Sicard, Jean Durançon avec le cinéaste Jean-Daniel Pollet et, en arrière-plan, Jean Thibaudeau, Philippe Thireau au côté de Cioran, Jacques Laurans entre Robert Walser et G.W. Sebald… Bref, bien des auteurs de ce numéro opèrent dans un registre de création à plusieurs voix qui confirme, si besoin était, la force d’entraînement, l’élan mobilisateur dont les œuvres sont, par les échos qu’elles suscitent, source d’inspiration infinie. « Ce qui doit attirer notre attention est la singularité des prosodies, des angles d’attaque et la multiplicité de sens qui se déploient », écrit à un moment Pascal Boulanger, également au sommaire. En un sens, tout est dit.

Anthony Dufraisse


Partager cet article :