« Au fil des livraisons

Nouveaux Cahiers pour la folie n° 8

Paru en novembre 2017, le numéro 8 des Nouveaux Cahiers pour la folie fut à l’honneur lors d’une soirée de présentation à la Librairie L’Atelier le mardi 15 mars 2018 dans le cadre des Semaines parisiennes de la Folie ordinaire.

Voilà une revue qui se distingue par son désir d’affranchir les frontières du conceptuel et ouvre la voie ou les voix à une lecture hors des repères usuels. On y parle depuis des bords de la folie…indéfinissables, insaisissables. Il nous faut palper, deviner, découvrir, se laisser surprendre car c’est en touchant un bord que l’autre se dévoile. C’est la subtile expérience que l’on éprouve une fois de plus en lisant les Nouveaux Cahiers.. D’une page à l’autre on se laisse embarquer, on lâche prise, on ne sait ce qui nous attend à la prochaine lecture ; poème, témoignage, bande dessinée, récit de collectifs, illustration…

Avec ce dernier numéro nous voici plongés de nouveau, avec toute la tenue et la rigueur que cela implique, dans l’espacement : au plus près de cet entre deux qui permet le mouvement, l’échange ; entre les mots, entre les lieux, entre les uns les autres.

Là, juste là, l’espace est gardé et c’est bien grâce à cela que les choses peuvent se montrer, comme les paroles peuvent émerger du silence, comme une lueur peut naître de la nuit, ou comme l’éveil émane du songe.

On laisse une porte ouverte qui invite à entrer, aller et venir.

C’est ainsi que vient le temps de l’élaboration, les questionnements prennent place :

Dans le fond qu’est ce qui fait soin ?

                Y a t-il un abri des maux,

                         du mal – ou du manque –  d’être ?

                                           Comment la rencontre peut-elle s’inventer, se tisser ?

« Feuilleter ces pages d’air » des Nouveaux Cahiers, c’est justement le vécu décrit dans un texte anonyme qui témoigne de l’écho des mots entre ceux qui écrivent et ceux qui lisent, résonances invisibles et pourtant si sensibles.

On découvrira également le compte-rendu d’un voyage de membres du Collectif Psy, Soin et Accueil à Athènes, où au milieu de la dévastation on tente de sauvegarder le soin psychique. Ainsi se sont formés des dispensaires sociaux auto-organisés, des clubs de solidarité, qui s’appliquent à mettre l’accent sur des valeurs telles que l’accueil, l’entraide et l’égalité. Sous forme de « modèles coopératifs » bénévoles, patients, réfugiés tentent de bâtir ensemble une alternative au chaos.

C’est dans cette même tonalité d’engagement et de cohésion que se sont déroulées les Semaines de la Folie ordinaire (du 12 au 25 mars). Tout comme les Nouveaux Cahiers il s’agissait de juste se laisser surprendre par un programme vivifiant et généreux. Au travers des diverses manifestations culturelles, rencontres, débats, fut rendu possible un espace «  d’être ensemble » pour dire, questionner, évoquer une éthique de soin, avec une qualité de paroles et d’écoute d’une rare finesse.

Alice Dallavalle


Partager cet article :