« Gros plan

Hommes & Migrations : Persona Grata

La revue Hommes & Migrations prend un nouveau tournant en 2018 en s’associant au Musée de l’histoire de l’immigration. Au mois d’octobre, elle présente sa nouvelle maquette au graphisme soignée. Une véritable renaissance pour cette revue qui existe depuis plus de quarante ans. 

 

C’est à l’occasion de l’exposition Persona Grata que la revue Hommes et migrations s’institutionnalise en se rattachant à une institution muséale. Une association qui en favorise la diffusion et lui permet de rayonner auprès d’un public plus large. Trimestrielle, elle ouvre à une réflexion globale autour du thème de l’immigration, ce qui permet au public d’approfondir les pistes ouvertes par l’exposition. La revue devient alors, véritablement, un outil de recherche sur un sujet qui anime fortement notre actualité sociale et politique.

 

Hommes & Migrations propose une structure de réflexion fixe en trois parties. « Le Point sur » ouvre donc la revue. Une première section qui propose un état des lieux des travaux réalisés sur les migrations. On y trouve des articles, des études, des entretiens, des travaux de chercheurs, souvent du CNRS, comme Anne Kerlan, Chowra Makaremi ou Isabelle Coutant. Leur collection déploie un véritable apport théorique sur une thématique contemporaine centrale. Son approche pluridisciplinaire apporte une vision à la fois sociale et politique, historique et artistique.
Moins nombreux que dans la l’ancienne version, les articles gagnent en densité, évitant la généralité facile et inutile.

Mais la revue déploie aussi une approche plus sensible grâce à la rubrique « Au musée ». Elle présente une sélection d’œuvres issues de l’exposition Persona Grata, organisée par le Musée national de l’histoire de l’immigration et le MAC/VAL. Tout comme l’exposition, la revue donne à lire les textes introductifs aux œuvres et aux problématiques qu’elles soulèvent, rédigés par deux philosophes invités : Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc. Des entretiens avec des acteurs culturels – Benjamin Stora, Jean-Pascal Lanuit, Mohamed Mbougar Sarr, Katia Usova ou encore Slimane Dazi… –  trouvent leur place dans cette rubrique

 

« Champs Libres » clôture la revue et met en perspective tous les concepts théoriques et artistiques déjà évoqués. Elle donne la parole aux organismes qui accompagnent les réfugiés dans leur parcours, leur intégration dans nos sociétés, en passant notamment par des leviers culturels – le théâtre, la gastronomie par exemple –  pour créer des dynamiques positives. Dans le même sens, elle met en lumière les initiatives engagées par les réfugiés eux-mêmes qui, ainsi, valorisent leurs savoirs-faire, les autonomisent et les encouragent à s’émanciper d ’une logique « d’assistance » pour une meilleure intégration dans la société française.

Enfin, pour aller plus loin, Hommes & Migrations consacre ses dernières pages à la présentation de l’actualité culturelle qui s’inscrit en miroir des sujets qui la préoccupent. On y traite des parutions littéraires – De rêves et de papiers, Passer quoi qu’il en coûte, etc.-, de l’actualité musicale et cinématographique – (Orpheus XXI, Le monde est à toi, Tazzeka, etc…

 

En bref, la revue Hommes & Migrations fait peau neuve ! Et, même en modernisant sa forme, elle n’oblitère pas ses contenus, ses préoccupations et défend avec une ardeur renouvelée, des formes plus didactiques et plus diverses.Une aubaine pour le lecteur !

 

Claire Bouzigues, Suzanne Bullat, Zawé Capro-Placide & Maud Parent


Partager cet article :