Black Mountain Review : un non lieu mythique

par Rachel Stella
2010, in La Revue des revues n° 44

Black Mountain Review : un non lieu mythique

L’éphémere Black Mountain Review (7 numéros entre 1954 et 1957) rentre dans l’histoire littéraire en 1960, quand l’épithète “Black Mountain School” est fabriqué pour décrire certains auteurs qui publient dans la revue, qu’ils aient ou pas fréquentés Black Mountain College. A l’époque où aucun de ces collaborateurs était vraiment connu, leur participation à Black Mountain Review était une manière, au moins implicite, de se serrer les coudes et manifester leur solidarité face aux auteurs en place. Cette solidarité est également sensible en ce qui concerne les artistes visuels publiés dans Black Mountain Review.La réflexion menée sur l’art abstrait incite à considérer avec plus d’attention les relations entre les artistes et les écrivains associés dans la revue. Creeley est celui qui a laissé le plus de traces, ayant signé tous les textes sur l’art. Ces documents apportent de nouvelles lumières sur une question que les écrivains de Black Mountain se sont souvent posée : est-ce que des images verbales sont d’ordre figuratif ou abstrait ?

The short-lived Black Mountain Review (7 issues from 1954 to 1957) entered literary history in 1960, when the epithet “Black Mountain School” was coined to categorize certain writers who published in it, whether or not they had affiliation with the eponymous College. The contents of the Black Mountain Review consist mainly of poetry and short stories, supplemented in each issue with literary criticism in short and long forms. The Black Mountain Review, though hardly mentioned in literature studies, is popular in exhibition catalogues that rarely clarify what premises exactly are illustrated by its exhibition and reproduction.
This article questions to what extent the contributors and readers of the Black Mountain Review were interested in arts other than writing, and considers whether its importance as an avant-garde periodical was not primarily literary.

Partager cet article :