Building

par François Bordes
2012, in La Revue des revues n° 48

Un an avant l’élection de 2007, Michel Taubmann lançait Le Meilleur des mondes chez Denoël. Trois mois avant l’échéance de 2012, le même publie Building, mais cette fois chez Armand Colin. Ce « mélange inédit entre revue et magazine » se définit comme « indépendant, iconoclaste et ouvert aux débats d’idées ». Objectif : « Construire librement sa pensée » – d’où, sans rire, l’origine du titre : Building. Très fort. En anglais bicose c’est comme ça qu’on jacte à l’ère de la mondialisation mes p’tits gars. La croquignolesque escouade des néocons à la française a enrôlé du jeune pour faire du vieux. L’habillage est techno, branché, pinky sexy. Cahier des charges bien respecté, workshop réussi, couverture esthétique, belle impression de l’impeccable maison Chirat.
Au programme ? Un édito, un entretien sans intérêt, un échange de mails sur l’amour (puisqu’on vous dit que c’est fun) entre Pascal Bruckner et Florence Taubmann, deux témoignages intéressants d’un diplomate et d’un syndicaliste, des analyses sur le monde arabe par Antoine Basbous et Frédéric Encel, un récit sur les aventures du « financier le plus puissant du monde » et un dossier sur un thème fantastiquement original (« gauche et droite en crise ») avec Pascal Perrineau, Gérard Grunberg, Bruno Tertrais, Élie Cohen et Alberto Toscano. Une dernière rubrique de dix pages, intitulée « Culture » achève le volume. Il faut bien terminer par quelque chose.
La Revue des revues no 48

Partager cet article :