Courrier de Paris et de la Province

Revue de combat d’Armand Petitjean, écrivain-témoin de la guerre

par Martyn Cornick
2014, in La Revue des revues n° 51

Dans l’histoire des revues, parfois l’intense activité intellectuelle investie dans de telles aventures est dépassée par l’événement. Tel est le cas du Courrier de Paris et de la Province, revue fondée par Armand Petitjean, codirigée par André Ulmann, et soutenue par Jean Paulhan au cours des mois qui précèdent et qui suivent l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale. L’intérêt ne relève pas du seul contexte historique, mais aussi du fait que les créateurs de la revue ont explicitement souhaité la placer sous le signe du souvenir de Charles Péguy, puisque le Courrier se voulait un lieu de rassemblement et de renouvellement du zèle révolutionnaire français face à la crise politique du moment. L’aventure du Courrier est d’autant plus passionnante qu’elle s’est poursuivie au-delà de l’éclatement de la guerre, jusqu’au moment où Petitjean est grièvement blessé lors de l’attaque allemande en mai 1940. Se servant de nombreuses pièces inédites de l’Archive Petitjean, l’article esquisse les grandes lignes de cette entreprise.

 

In the history of reviews, sometimes the intense intellectual activity invested in such adventures is overtaken by events. Such is the case with Courrier de Paris et de la Province, a review founded by Armand Petitjean, co-directed by André Ulmann, and supported by Jean Paulhan, during the months before and after the outbreak of World War Two. It is interesting to study this review not only because of the historical context, but also because the founders wished to place their efforts under the sign of Charles Péguy. The Courrier was intended as a rallying point for a revival of French revolutionary zeal, and which aimed to transcend the political crisis in which France found itself in the lead up to war. Even more importantly, as a mobilised soldier at the front line Petitjean continued his efforts to compose the review in response to the conflict, until he was severely wounded in the German attack of May 1940. This article outlines this intellectual adventure, using much unpublished material from the Archives Petitjean.

Partager cet article :