Cyclocosmia

par Caroline Hoctan
2008, in La Revue des revues n° 41

No 1, septembre 2008
Périodicité : trimestrielle
Éditeur : association minuscule
Directeur de publication : Antonio Werli
Comité de rédaction : Julien Frantz, Julien Schuh & Antonio Werli
Adresse : 14, rue Dietrich F-67210 Obernai
Tél : 03 88 95 59 68
www.cyclocosmia.net
associatiominuscule@orange.fr
ISSN : 1968-0511
Prix : 20 euros

Une nouvelle revue en matière de littérature n’est pas entreprise aisée à l’heure du tout Internet, quand les revues existantes peinent à trouver des lecteurs et que les nouvelles qui apparaissent sur le marché (comme on dit) tombent au plus mal, c’est-à-dire complètement à côté de ce qui pourrait retenir un lectorat incertain et déclinant pour cause de névrose impossible à rassasier : vivre en littérature comme on vivrait en liberté.
Or, en cette rentrée d’automne 2008, quelle heureuse surprise que la publication d’une revue dont – rien de moins – « la jaquette de la couverture et le marque page intérieur ont été imprimés selon un procédé de sérigraphie artisanale, chaque exemplaire ayant été réalisé à la main » et dont l’appellation sonne tintinnabulant : Cyclocosmia.
Qu’est-ce qui annonce là, précisément, qu’il s’agit de littérature et de la meilleure qui soit ? Rien si ce n’est qu’en y regardant de plus près, on découvre que ladite livraison nouvelle, consacrée à Thomas Pynchon, est concoctée avec attention : les lecteurs potentiels de la revue qui la feuilletteront avec scepticisme découvriront que cette dernière sait de quoi elle parle ; le dossier démontre en effet l’intention : les articles sont écrits, soignés, réfléchis et constituent des textes de fond !
Soulignons aussi, comme le rappelle Antonio Werli en introduction, qu’il n’existe quasi-rien sur Pynchon en français en dehors de Thomas Pynchon d’Anne Battesti (Belin, 2004) et Face à Pynchon (Le Cherche-Midi/Inculte, 2008). Maigre en effet pour l’un des écrivains contemporains majeurs._Fort de ce constat, on se penche avec intérêt sur ce dossier de plus de cent pages où l’on a plaisir à découvrir des textes subtils, éclairants et pertinents : citons notamment les contributions d’Olivier Lamm, de Gilles Chamerois, de Marc Courtieu et celle surtout de Julien Schuh. La revue propose également un article inédit en français d’un écrivain lui-même devenu incontournable : Rodrigo Fresán et la reprise d’un texte de Claro publié dans une revue disparue, qui nous donne quelques clefs concernant Mason & Dixon. Bref, on lit l’ensemble d’une traite et avec une envie forte d’ aller voir ou revoir de plus près les œuvres de Pynchon avec la sensation d’une mission nécessaire à accomplir de la même manière qu’on a pu se jeter dans Arno Schmidt ou dans Pierre Guyotat : avec conviction !
Par ailleurs, la revue propose quelques textes de fiction de bonne tenue : les premiers qui ouvrent la revue sont appréciables : « La Muraille » d’Éric Schwald, « Emplafonné » d’Emmanuel Bourdaud et « Six fois la mort » d’Oscar Soria Gamarra. En seconde partie, les « Graphies » d’Antonio Werli font repenser à cette vieille araignée de la grande espèce décrite par Lautréamont. Il semble que les dessins se rapprochent de ce qu’on peut imaginer d’elle à la lecture des Chants. En revanche, les lignes dessinées de Florence Lelièvre laissent songeur : à quoi bon refaire du Philippe Druillet en moins abouti quarante ans après ? L’article critique de Julien Frantz sur Raymond Roussel est parfait mais n’aurait-il pas trouvé mieux à être lu dans une livraison consacrée à l’écrivain afin de ne pas nous embrouiller avec Pynchon dont on ressort la tête assez pleine ?
On est en revanche très impatient de lire la deuxième livraison de Cyclocosmia puisqu’en refermant ce premier numéro, on nous annonce pour avril 2009 un dossier consacré à José Lezama Lima auquel personne ne s’intéresse plus depuis longtemps ni sérieusement alors qu’indéniablement, ça manque !
Le Trait, aujourd’hui défunte, avait livré un sérieux dossier au grand écrivain cubain dans son cinquième numéro._Encourageons donc Cyclocosmia
dans ses projets et son ambition de publier une revue de qualité tant dans la forme que dans le fond à un prix modique et de nous offrir dans
le même temps un site riche et esthétique : http://www.cyclocosmia.net

Caroline Hoctan

Partager cet article :