La revue du nu, reflet de la France fin-de-siècle

par Manon Lecaplain
2021, in La Revue des revues n° 65

À l’aube du XXe siècle, les revues du nu, catalogues de modèles photographiques, vendues sous pli fermé, fleurissent. Elles se veulent « à destination des artistes », ce qui en trahit l’ambiguïté. Revues de charme ou documents artistiques ? Leurs détracteurs les font poursuivre pour outrage aux bonnes mœurs. Pourtant, ces objets furent précieux pour les artistes : Picasso, Rodin, Maillol… Matisse et Fantin-Latour y puiseront un « monde de sensations ». Même leur présence à l’École des Beaux-Arts ne suffit pas à les sauver, et l’acharnement des ligues de vertu aura raison d’eux, à la veille de la Première Guerre mondiale.
Sans légitimité artistique, ce sont des objets indignes d’étude. Textes et images construisent un discours genré, à destination d’un lecteur masculin : la femme y est un « sexe », une « race », une « pathologie ». Elle est Autre. Pourtant, miroirs des mentalités de leur temps, à la croisée des histoires de la photographie, de l’art, de la presse, des mentalités et du droit, les revues du nu révèlent des aspects de la société dont elles sont issues.

 

The “review of nude”, reflection of France “end-of-century”

At the very beginning of the twentieth century, the revues du nu, periodical catalogues of nude photographic models, flourished. They were “addressed to the artists” as their primary audience, leading to ambiguity. Soft-porn or study documents? Detractors had them prosecuted as an affront to public decency. However, these documents were precious for artists: Picasso, Rodin, Maillol, Matisse or Fantin-Latour saw in them “a world of sensations”. But even their presence in the École des Beaux-Arts was not enough to save them. The harassment of the virtue’s leagues eventually made them disappear on the eve of the First World War.
Without artistic legitimacy, they are objects unworthy of study. Texts and images work together in the construction of a sexualized message, for a male reader: the woman is a sex, a race or a pathology. She is Other. Reflecting the mentalities of their time, at the crossroads of photography, art, press media, mentalities and legal history, the revues du nu reveal aspects of the very society they came from.


Partager cet article