La Revue lacanienne

par Marie-Paule Chardon
2011, in La Revue des revues n° 45

La Revue Lacanienne, revue de psychanalyse, a paru pour la première fois en 2008, éditée par les Éditions de l’Association Lacanienne Internationale (ALI). Depuis 2010 et le numéro 6 de la revue, ce sont les éditions érès qui la publient. C’est à l’occasion de ce changement d’éditeur que nous présentons cette revue. Sur le site de l’association analytique (www.freud-lacan.com), il est précisé que « l’ALI assure la rédaction de La Revue Lacanienne. Elle en a cependant confié récemment l’édition à érès pour offrir une diffusion plus large de son approche de la modernité et de la clinique contemporaine. »
Elle a été précédée, en 2007, par la parution de quatre numéros du Bulletin de l’Association lacanienne internationale et c’est dans le premier numéro de cette publication que l’on peut lire, sous la plume de Charles Melman, l’éditorial intitulé « Extension du domaine du fauteuil » ainsi que l’avant-propos de Jean-Paul Hiltenbrand « Une éthique de l’intranquillité » qui tous deux donnent à entendre le projet éditorial de La Revue Lacanienne. En effet, pour Charles Melman il s’agit de s’intéresser avec Lacan à la psychanalyse « en extension », celle qui « réfute l’idée frileuse d’une restriction du domaine au cabinet du praticien. […] Ces extensions se justifient […] par le fait qu’un même référent constitue l’axe commun à la famille et au socius. Le champ social, lui, se doit de devenir le lieu de production des avatars de la relation œdipienne nouée d’abord en famille, et dont feront partie l’esprit de challenge ou l’esprit de revanche. »

• Le dossier • Théorie et clinique psychanalytique • Les rubriques • Les activités de l’A.L.I. : ces quatre parties structurent la revue qui comporte le plus souvent un éditorial, signé, jusqu’à présent, par Charles Melman.

• Le dossier. Les thèmes déjà traités par cette revue soucieuse de modernité sont les suivants : « La famille, fin d’un drame psychique », « Implications cliniques du nœud borroméen », « La psychanalyse est-elle une addiction ? », « Difficultés actuelles de l’action collective », « Les nouvelles servitudes », « Le silence en psychanalyse », « Psychanalyse et psychothérapie ».
« Alcools » est le dossier du numéro le plus récent. « Le “tableau” de la personnalité alcoolique, voire addictive, tend à se généraliser dans la société contemporaine (Melman) » soutient Alain Bellet dans un article intitulé « Le discours analytique est-il soluble dans l’alcool ? » Charles Melman, dans l’édito du numéro 1 du Bulletin affirmait que « La nouvelle économie psychique concerne ces cas désormais privés de tout référent et dont les appétits réduits au besoin ne trouvent devant eux que la béance du rien opposable au comblement par le tout : on se croirait en train de décrire ici l’anorexie-boulimie » (www.cairn.info). La nouvelle économie psychique : la façon de penser et de jouir aujourd’hui est le titre d’un des derniers ouvrages de Ch. Melman.
Chaque dossier fait l’objet d’une présentation : abord général de la thématique et présentation des articles du dossier. Dans ces derniers, il est question de psychanalyse comme de littérature et de poésie. On y parle également de clinique et de « nouvelle clinique ».
Dans l’article de présentation du dossier « Alcools », nous trouvons une très intéressante recension des articles historiques (« les auteurs classiques ») sur ce sujet (ceux notamment de Jean Clavreul et de François Perrier). Plus loin il est question de Marguerite Duras « Boire, dit-elle II » par Pascale Belot-Fourcade. « Pour elle [M.D.], la création littéraire et l’alcool, c’est du même tonneau ! N’en déplaise aux critiques littéraires, aux analystes, aux médecins qui de nos jours souhaitent tenir écartés l’une de l’autre la lettre et l’alcool ». Cela après « L’outre-monde de Malcom Lowry », « La folie Edgar Poe » et pour conclure le dossier « Voilà ce que je dirais » au sujet de Raymond Carver.
Certains articles se réfèrent à la « nouvelle économie psychique » mais pas tous : ainsi l’article de Cédric Levaque « Le corps et la clinique psychanalytique de l’alcoolisme. Pour une lecture pulsionnelle du stade du miroir ».

• Théorie et clinique psychanalytique : cette seconde partie, comme son nom l’indique, propose des articles analytiques, théoriques, cliniques ou théorico-cliniques.

• Les rubriques, au nombre de six, constituent la troisième partie : Psychanalyse et lien social, L’enfant des quartiers, Psychiatrie (1 : État des lieux, 2 : Actualités des Classiques), Questions sur l’économisme, Topologie, Lecture.
Les « Actualités des Classiques » ont retenu mon attention. Il s’agit de la présentation d’un texte ancien « classique », par exemple, pour le numéro « Alcools », « Le délire alcoolique n’est pas un délire mais un rêve » de Charles Lasegue (1881). Des textes de Kraepelin et de Paul Guiraud ont déjà été proposés. Des textes d’avant le DSM* !

• Les activités de l’A.L.I. (journées, séminaires, publications, éditions) composent la quatrième section.

Un constat : au commencement de la revue, l’histoire de la psychanalyse et plus particulièrement de l’histoire lacanienne était présente en tant que rubrique mais elle a disparu depuis.

* Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux)

Partager cet article :