Le chemin de Georges Lambrichs

[entretien croisé]

par Gilberte Lambrichs, Louise L. Lambrichs
2002, in La Revue des revues n° 32

Du jeune écrivain refusé par Jean Paulhan en 1937 au rédacteur en chef de La NRF de 1977 à 1987, Georges Lambrichs n’a cessé de travailler aux confluents de l’édition et des revues, intermédiaire convivial amenant les auteurs à se rencontrer. À Bruxelles, il fréquente le milieu surréaliste, collabore à diverses publications, édite clandestinement un numéro de revue résistante. À partir de 1944, il développe un secteur littéraire aux Éditions de Minuit, sans cesser ses activités d’homme de revues (Troisième Convoi, 84 et, officieusement, Critique). Puis, il travaille à la partie littéraire de la revue Monde nouveau, ensuite crée la collection « La Galerie » chez Grasset. Le succès du Repos du guerrier lui ouvre les portes de Gallimard où sa collection « Le Chemin » reçoit plusieurs prix littéraires. Il parvient, non sans difficultés, à créer sa propre revue Les Cahiers du chemin pour faire entendre jeunes auteurs et écritures contemporaines : elle durera dix ans à côté de La NRF, de 1967 à 1977, date à laquelle il prendra la direction de cette dernière jusqu’en 1987.

Le Chemin by Georges Lambrichs
From the young writer turned down by Jean Paulhan in 1937 to the editor of La NRF (1977-1987), George Lambrichs kept working in the field of publishing and reviews, at all times a friendly go-between, clever at arranging encounters between writers. In Brussels, he used to keep company with the surrealists, contributed to various publications and published an underground copy of a resistant review. From 1944 onward, he developed a literary field for the Éditions de Minuit while keeping up with his work as a review man (Troisième Convoi, 84 and, underground, Critique). Then he worked for the literary sector of the review Monde nouveau and later created “La Galerie”, a new series at Grasset’s. The success of Le Repos du guerrier let him in Gallimard’s where his series “Le Chemin” got him several literary prizes. Not without some arduous work did he manage to start his own review Les Cahiers du chemin in order to publish young authors and contemporary writings: the review would last from 1967 to 1977, then Lambrichs became La NRF editor and so until 1987.

Partager cet article :