N/Z

par Yoann Thommerel
2016, in La Revue des revues n° 55

N/Z n° 1 On oublie parfois l’utilité d’une reliure traditionnelle, la revue N/Z, qui en est dénuée, est là pour nous le rappeler. Composée d’une série de posters moyen format pliés en quatre et enserrés entre deux couvertures en carton brut, retenus par un élastique rouge épais habilement et joliment tendu, on n’entreprendra pas de la lire au lit. Passées les premières appréhensions, et la crainte de ne pas parvenir à redonner forme et ordre à l’objet, on disperse l’ensemble, on déplie, on retourne, on regarde les images, on lit enfin et on finit par s’amuser tout à fait de cette existence matérielle hors norme qui raconte à elle seule l’ambition du projet.

N/Z entend aussi nous rappeler qu’on peut sortir de chez soi et rencontrer ceux qui participent à l’élaboration du numéro en cours, que ce soit autour d’une discussion, d’une lecture, d’une projection, d’une performance, de quelques verres et fruits déguisés, que sais-je encore. L’importance de ces rencontres publiques est telle qu’elle est d’ailleurs – c’est l’une des singularités et des forces de N/Z – affirmée comme principe constitutif du projet. N/Z en papier est ainsi sortie le 9 octobre 2015, mais lui a préexisté une série de soirées mensuelles, fréquentées et captivantes. Sans parler d’une intense vie numérique sur un site dédié (www.revuenz.fr). N/Z c’est tout à la fois : N/Z en papier, N/Z en ligne et N/Z en public. Chaque artiste ou écrivain invité par la revue prenant en charge pendant un an une rubrique dans chacun de ces trois formats.
Une très belle idée qui réinvente le mode d’emploi d’un « faire ensemble » que des revues plus classiques dans leur fonctionnement peinent parfois à faire exister. Il fallait l’intelligence et la détermination du trio Sally Bonn, Lola Créïs et Nathalie Lacroix, pour le mettre en œuvre. Sans oublier l’implication communicative de tous ceux qu’elles ont désignés comme chef de rubrique : les écrivains Claro et Céline Minard, les poètes Benoît Casas et Luc Bénazet, l’artiste Scomparo ou l’architecte Jacques Ferrier, pour n’en citer que quelques-uns. N/Z impulse un travail de groupe, un travail inventif et efficace dans la complémentarité de ses formes. Voilà un laboratoire de création enthousiasmant et convaincant, qui n’oublie pas par ailleurs d’être chic : le lancement de N/Z #2 est d’ores et déjà programmé, il aura [eu] lieu le vendredi 11 mars au Palais de Tokyo.

Partager cet article :