Profession : faiseuse de revues

par Anne Querrien
2020, in La Revue des revues n° 64

Si Anne Querrien n’en a jamais créé, elle fut et reste une « faiseuse de revue ». Elle retrace son parcours depuis Recherches universitaires, du Centre étudiant de recherches syndicales, poursuivi avec Recherches créée en 1966 par Félix Guattari. L’amitié avec Xavier Joseph, dès les années étudiantes, la conduit à la tête de Éducation permanente. Elle intègre ensuite le CERFI fondé par Guattari et dirige, entre autres, avec Guy Hocquenghem le fameux numéro « Trois milliards de pervers » de la Grande encyclopédie des homosexualités. Embauchée à la Mission de la Recherche urbaine, elle dirigera Les Annales de la Recherche urbaine en 1985 pour 80 numéros. Depuis sa retraite, elle participe à Chimères créée en 1986 par Deleuze et Guattari et Multitudes publiée depuis 2000. Fidèle à ses engagements de gauche, ayant le goût du collectif, Anne Querrien apprécie dans les revues leur côté artisanal, l’engagement physique qu’elles supposent, et l’invention qui fait de chaque numéro une création.

Profession: magazine maker

If Anne Querrien has never created a newspaper, she was and remains a “journalist”: she recounts her career that began with [University Research], of the Student Union Research Center, continued with Recherches created in 1966 by Félix Guattari. Her long-standing friendship with Xavier Joseph, from her student years, led her to head [Permanent Education] dedicated to adult training. She then joined the CERFI founded by Guattari and directed, among others, the famous issue “[Three billion perverts]” of the [Great encyclopedia of homosexualities] together with Guy Hocquenghem. Hired in 1979 at the [Urban Research Mission], she took over the editorial staff of the Annales de la recherche urbaine in 1985 and edited 80 issues. After retirement, she is now one of the editors of Chimères created in 1986 by Deleuze and Guattari, and Multitudes since 2000. Faithful to her left-wing commitments, with a taste for collective action and for ideas, what she appreciates in magazines is their artisanal side, the physical commitment that they imply, and the renewed invention which makes each issue a creation.

Partager cet article :