« Sur les revues

Inversions en fac-similé

Les éditions Non Lieu reproduisent pour la première fois en fac-similé les 4 numéros d’Inversions (1924-1925) et le numéro unique de LAmitié (1925)*. L’ensemble de documents et l’étude historique de Michel Carassou qui les accompagnent apportent un tout nouveau regard sur la première revue « gay » française.
Il apparaît en effet que les deux garçons venus du Gers, ceux qui furent finalement condamnés à une peine de prison ferme pour avoir été gérants d’une publication contraire aux bonnes mœurs, les dénommés Gustave Beyria et Gaston Lestrade, n’en étaient pas les seuls animateurs. Lors du lancement de la publication, à leurs côtés se trouvaient déjà Claude Cahun, la future surréaliste, et sa compagne Marcel Moore. Cette première équipe rédactionnelle serait bientôt rejointe par le poète Axiéros et par le juriste alsacien Eugène Wilhelm, connu pour avoir collaboré avec Magnus Hirschfeld sous le nom d’emprunt de Numa Praetorius.
Dans les nombreux textes qu’ils donnent à la revue, sous divers pseudonymes, Claude Cahun, en bonne disciple de Havelock Ellis, et Eugène Wilhelm défendent une conception de l’homosexualité qui n’a plus rien à voir avec la criminologie et la pathologie, mais qui relève du « droit commun de l’amour libéré ». Tous les deux méritent désormais d’être reconnus comme des pionniers de la fierté homosexuelle.

Éditions Non lieu, 192 pages, 20 €

* La Revue des revues dans son numéro 51 (mars 2014) avait publié sous la plume Mirande Lucien un article sur ces deux revues amorcé par une évocation d’Akademos, pionnière parmi les pionnières.


Partager cet article :