« Sur les revues

« Fendre le brouillard »

C’était donc il y a quatre ans. L’histoire continue. La mémoire travaille. Philippe Lançon a publié Le Lambeau et Luz Indélébiles. D’autres œuvres viendront. En nos temps incertains, il n’est pas inutile alors de se pencher sur l’histoire de la plus ancienne revue satirique d’Europe, le Nebelsplatter zurichois fondé en 1875 et toujours actif aujourd’hui. Laurence Danguy vient de publier aux éditions Droz une étude approfondie, historique et esthétique, sur les premières années du journal, de 1875 à 1921. Au coeur de « l’âge d’or des revues », le Nebelsplatter (« celui qui fend le brouillard ») occupa une place singulière que l’auteure analyse avec précision. Enseignante à l’Université de Lausanne, Laurence Danguy est spécialiste d’histoire de l’art ; elle a consacré un livre à La revue Jugend et le jugendstil à Munich (éditions de la MSH). Avec Le Nebelspalter zurichois (1875-1921), elle rappelle l’importance d’une revue satirique « au cœur de l’Europe des revues et des arts ».

Laurence Danguy : Le Nebespalter zurichois (1875-1921), éditions Droz, 260 pages, 150 illustrations, 39,90 €

François Bordes


Partager cet article :