« Sur les revues

Anne Mathieu : Nous n’oublierons pas les poings levés

C’est le fruit d’un travail titanesque et sans précédent à ce jour dans l’historiographie française que livre aujourd’hui Anne Mathieu sous le titre Nous n’oublierons pas les poings levés (éditions Syllepse). Spécialiste de Paul Nizan – elle dirige la revue Aden – ou de Sartre, universitaire au carrefour de recherches croisant littérature et journaliste, Anne Mathieu se consacre depuis une dizaine d’années à une enquête sur les intellectuels antifascistes français pendant la guerre d’Espagne, à la manière dont il l’ont écrite, décrite, dénoncée, commentée, analysée dans les périodiques de l’époque : « reporters, éditorialistes et commentateurs antifascistes pendant la guerre d’Espagne », tel est le sous-titre de cette somme de près de 700 pages. Si la guerre d’Espagne semble être un sujet bien connu, abondamment étudié, un chaînon faisait encore défaut : celui de son récit au jour le jour, ses échos dans la presse, son analyse au présent de sa tragédie. Pour combler ce manque, Anne Mathieu s’est immergé dans une somme vertigineuse de périodiques : les recenser d’abord, les dépouiller ensuite et les analyser au final. Plus de 90 ont répondu à l’appel. Voici d’abondance de quoi offrir trame, mouvement et chair à l’ouvrage d’Anne Mathieu, dans un tissage qui permet de faire resurgir, de recomposer les figures oubliées, de cheminer avec deux cents journalistes dont beaucoup sont aujourd’hui inconnu.e.s. Quotidiens, magazines, journaux militants, feuilles de combat se taillent bien sûr la part du lion dans leur caractère éphémère, leurs engagements, leurs révoltes, leurs cris, leur écriture de l’histoire qui se fait, mais les revues sont bien présentes dans cette tragique tapisserie : Les Cahiers de la jeunesse, Les Cahiers du Sud, Commune, Europe, Esprit, Monde, Les Feuillets libres de la quinzaine, La Révolution prolétarienne, Soutes, Les Volontaires…et bien sûr Femmes dans l’action mondiale à laquelle Anne Mathieu consacra récemment un article dans nos pages, La Revue des revues n°64. A leur manière distanciée, elle furent percutées elles aussi par le fracas du temps.

Richement illustré, en plus d’une dense bibliographie, l’ouvrage se complète de trois index : personnes, lieux et périodiques. Savant et engagé, le livre d’Anne Mathieu – son titre y est une invitation pressante – forme un appel à sauver les mémoires pour les faire résonner au présent.

Anne Mathieu, Nous n’oublierons pas les poings levés, éditions Syllepse, janvier 2021, 696 pages, format : 150 x 210
ISBN : 978-2-84950-890-9 


Partager cet article :