« Vie des revues

Les habits neufs d’Esprit

Comme chaque matin, me voilà devant le présentoir à journaux quand j’avise, à trois bons mètres, quelque chose d’inhabituel dans les linéaires. Ma pupille clignote ; je m’approche. C’est bien ce que j’avais cru deviner, de loin : la chose en question c’est le nouvel Esprit, qui s’est refait une beauté. Il s’habille d’une couverture rouge orangé, joliment stylisée, au centre de laquelle apparaît, dans une typo de caractère, le thème du dossier de ce n° 431 (« Où sont les prophètes ? », en l’occurrence). Alors que les rayons, toujours plus touffus qu’ils sont, ne manquent pas de titres aux partis pris graphiques audacieux, ce numéro d’Esprit nouvelle version a réussi le pari d’attirer mon attention. En ce mois de janvier 2017, la revue fondée par Emmanuel Mounier en 1932 fait donc peau neuve et ainsi elle gagnera en visibilité, n’en doutons pas. Plus qu’un simple lifting – puisque la maquette des pages intérieures, désormais plus aérées, a également été retravaillée –, cet Esprit rénové tranche avec les changements apportés ces dernières années, pas toujours assez marqués. Au milieu d’une offre en librairies toujours plus pléthorique, Esprit se donne là mieux que jamais la possibilité d’être vu, donc, par ricochet, la possibilité d’être lu. Certains diront, je les entends d’ici : « oui, bon, ce n’est pas non plus une révolution graphique ». Peut-être pas, en effet. Mais pour une revue qui vient de loin, pour une revue historique comme peu le sont, ce n’est pas rien de muer, de se débarrasser de son ancienne peau pour continuer d’avancer. Cette évolution fait suite, d’ailleurs, aux changements intervenus au sommet de la revue à cette même époque l’an passé, après les départs successifs de Marc-Olivier Padis et Alice Béjà, deux chevilles ouvrières du périodique : « Il nous faut réfléchir plus intensément à l’identité actuelle de la revue sur le fond et la forme », écrivait alors Olivier Mongin, le directeur de la publication, dans un avis aux lecteurs, en janvier 2016. Je ne saurais trop dire quant au fond mais s’agissant de la forme, c’est chose faite. S’il m’est permis, avant de finir, d’évoquer un souvenir, je me revois, tout jeune étudiant, consultant pour des recherches universitaires la collection des numéros d’Esprit. Selon les périodes, toutes incarnées (Emmanuel Mounier, Albert Béguin, Jean-Marie Domenach, Paul Thibaud, etc.*), l’identité des premières de couv’, comme on dit, pouvait varier, et ces variations, curieusement, me sont restées comme autant de signes d’un voyage à travers l’histoire des idées. En écrivant ces lignes, je me demande d’ailleurs si le renouveau formel d’Esprit aujourd’hui n’est pas un clin d’œil à celles des couvertures, régulièrement colorées, que l’on pouvait voir du temps où, sauf erreur, Paul Thibaud dirigeait la revue. Quoi qu’il en soit, Esprit porte beau ainsi, avec ses nouveaux habits.

Anthony Dufraisse

* à ce propos, une remarque : peut-être serait-il bon, pour une revue qui s’enorgueillit à raison d’un changement dans la continuité et d’une fidélité certaine à ses origines, de rétablir sur la page de garde cette ligne mentionnant, pour mémoire, les noms des responsables successifs de la revue à travers le temps…


Partager cet article :