Dans les maisons de la poésie

Nous nous réjouissons de retrouver, fidèle au poste, la revue Bacchanales, de la Maison de la poésie Rhône-Alpes, au prochain Salon de la revue.

 

Cette édition sera aussi l’occasion de découvrir deux petites nouvelles auprès de cette prestigieuse ainée.

Nous avons suivi les aventures en revue du Centre de création pour l’enfance de Tinqueux, qui publia de 2004 à 2011, Dans la Lune qui invitait un plasticien à intervenir sur toute la revue, surprenant à chaque livraison son monde. Il s’ensuivit Va! qui, à partir de juin 2012, se proposa comme « Revue poétique à lire à l’âge mur, à l’âge tendre, à l’âge de raison, à l’âge ingrat, à tous les âges… »

Une nouvelle période s’ouvre pour le centre : sous la houlette de Stéphane Bataillon (éditeur), Mateja Bizjak Petit (directrice de la publication) et de Fabienne Swiatly (rédactrice en chef) paraît depuis février 2022 Gustave junior, « journal », disent-ils, mais si singulier, gratuit, et de poésie, de plus pour les enfants… lisez plutôt : « journal gratuit pour 7-12 ans entièrement consacré à la poésie. Un petit format (2 feuilles A4 à imprimer puis à plier en livret), utilisable en classe, dans les médiathèques ou chez soi, qui propose chaque trimestre, le meilleur de la poésie contemporaine à hauteur d’enfant. Avec exigence, sensibilité et enthousiasme. Il est entièrement réalisé à l’aide de logiciels libres. » Alors, est-ce une revue ? En tous les cas, le genre d’objet singulier que nous aimons à accueillir, pour qu’ils viennent nous dire leurs singularités… Gustave Junior sera donc présent au Salon de la revue, où vous pourrez également retrouver l’intégralité de la collection de Va!.


Et nous y accueillerons également, et fièrement, NUMÉRO, non seulement une nouvelle revue, mais d’une nouvelle maison de la poésie, puisque elle est éditée par l’Ancre, Maison de la poésie de Caen. Géographiquement, elle se situe donc entre la Maison de la Poésie de Normandie, sise à Rouen, et la Maison de Poésie en Cotentin qui la fait rayonner, à l’ouest de Cherbourg, précisément à Tonneville.

Une toute nouvelle maison dirigée artistiquement par Patrick Verschueren, par ailleurs président de la Fédération internationale des Maisons de Poésie. L’objet se veut simple, s’ouvrant sur une épigraphe spéculaire de Victor Hugo. « De nous, il ne restera que deux choses : la bonté et la poésie » écrit le directeur avant de laisser place à cinq poètes au long de vingt-cinq/vingt-six pages où une photographie en noir et blanc, par l’auteur lui même (ou pas) signale le changement de signature. Ce sont dans l’ordre Simon Johannin, Karinn Helbert, François-Xavier Malingre, Adeline Miermont-Giustinati et Christophe Tostain qui inaugurent cette revue.

 

 

Et puis, même si elle ne publie pas (encore) de revue, signalons la création de la Maison de la poésie Jean Lalaude, à Hagetmau, dans les Landes. Aboutissement du travail que l’équipe mène depuis sept ans, entrainée par Christian Marsan, lui-même poète, la maison d’édition a emménagé au printemps 2021 dans l’espace, dit Chapelle, qui se trouve dans le jardin de la crypte romane de Hagetmau. Destiné à accueillir le bureau des Éditions de la Crypte, cet espace a aussi vocation à devenir un lieu de création, dont le livre et la poésie seront le cœur. Maxence Amiel qui en est l’animateur, attend toutes participations, dons et envois, pour contribuer à constituer un fonds poétique, en ouvrages et revues.

 

 

Bacchanales

Gustave junior

NUMÉRO

Maison de la Poésie Jean Lalaude