« Au fil des livraisons

Daïmon : une revue oblique

Et pourtant on en lit des revues, et des très variées ! Mais pas suffisamment faut-il croire, ou pas les bonnes, puisque nous n’avions jamais, jusqu’à présent, croisé le nom de Thomas Pourchayre – preuve, et c’est heureux, que découvertes et rencontres sont toujours possibles, à tous moments. Or c’est bien à ce quadra, « écrivain, poète et arpenteur de sentiers cévenols et alpins », revuiste confirmé (publié dans Brèves, Harfang, Rue Saint-Ambroise, Poésie Première…), que tout Daïmon est consacré. L’intégralité, oui.

C’est un choix inattendu que celui de Raluca Belandry, à l’origine de cette publication sobrement présentée où textes et photos (elles aussi signées de Pourchayre) se partagent une petite centaine de pages. Inattendu en effet – et même osé – car le premier numéro d’une revue prend généralement le parti d’une certaine médiatisation, si ce n’est dans les thèmes qu’elle aborde au moins dans les figures qu’elle met en avant. Pas le cas ici et cela s’explique ainsi : après une première vie d’avocate et de juriste, Raluca Belandry a désormais à cœur de promouvoir personnellement ce qu’elle appelle des « singularités littéraires » (la chose est d’ailleurs revendiquée en sous-titre), soit des auteurs en devenir plus que des déjà établis. Un pari tout à son honneur.

 

Venons-en maintenant à Thomas Pourchayre, heureux élu de la première livraison de cette revue qu’on nous annonce semestrielle. On serait bien en peine de l’estampiller d’emblée ceci ou cela ; l’univers de l’invité est en effet « multiple, fuyant et diffractant », avertit à raison Raluca Belandry dans sa présentation. Fuyant, c’est bien le mot. De longueur variable, sept textes nous montrent les différentes facettes d’une inspiration transformiste. Sorte d’apologue, le texte d’ouverture décrit le trouble au spectacle d’une foule imprévisible dans une bien étrange arène, quand le dernier se donne comme une contemplation mélancolique et nuageuse. Entre cette fable contemporaine et cette déambulation urbaine feront signe des nouvelles et des proses poétiques, certaines narratives, d’autres plus allusives. Il y est question d’un vieil homme à Stetson, de portes muettes, de monades errantes au cœur du désert…

Rêveur éveillé ici, dialoguiste facétieux là, Pourchayre développe une écriture qui se veut imagée, cultivant souvent en elle ou autour d’elle le sens d’un certain mystère. Disons que l’onirisme n’est jamais bien loin et que Pourchayre se montre souvent sous les traits d’un fantaisiste, tantôt aquarelliste, tantôt artificier. L’évocation d’un Boris Vian ou d’un Borges dans la conversation entre Raluca Belandry et son invité qui clôt la revue, donne une assez bonne idée, je crois, des pôles d’attraction entre lesquels Pourchayre se tient en lévitation, rarement droit : « Être penché c’est la conscience de l’être, penché, alors que penser être droit c’est se fourrer un doigt droit dans l’œil et avoir que ça de droit. On a tous quelque chose à redresser, franchement. On n’est jamais à la bonne hauteur. Alors on se penche. » Nous, on ne saurait trop vous inviter à vous pencher, par curiosité, sur cette revue forcément oblique.

 

Anthony Dufraisse


Partager cet article :