« Au fil des livraisons

R de revues : T comme Tirés à part

 

Avez-vous connu R de Réel, merveilleuse revue proposée par Raphaël Meltz et Lætitia Bianchi, avant Le Tigre ?
Elle proposait un programme alphabétique qu’elle a tenu au gré de 24 numéros.
Vingt ans plus tard, l’ami François Bordes se propose un tel programme appliqué aux revues dont il extraira, dans les semaines, les mois qui viennent un thème, un mot, une notion… pour contrer les confinements intellectuels.

 

Vingtième  livraison, avec la lettre T : la collection « Tirés à part ».

 

 

« Extrait d’une revue ou d’un ouvrage relié à part en un petit livret », on le recevait dans la boîte aux lettres, avec un mot amical ; on se le passait de la main à la main, la rédaction des revues vous en envoyait un petit stock, comme gratification et hommage, avec un petit mot sympathique. Cela se pratique encore, mais désormais ce sont le plus souvent des fichiers électroniques, des extractions PDF. Ils trouvent leur place sur les plateformes comme CAIRN, HAL ou Academia. Le tiré à part constitue un mode particulier de circulation des savoirs et de tissage des réseaux de sociabilités savantes. Dans les archives, les collections d’articles reçus permettent de reconstituer une part de la constellation intellectuelle dans laquelle se développe une pensée. Ils donnent de précieuses informations sur ses sources intellectuelles, ses amitiés, ses engagements.

 

Infatigable inventeur de formes [1], Philippe Artières a eu l’idée de détourner « l’usage et la fonction de cette pratique académique » en créant, aux Presses de la Sorbonne, la collection « Tirés à part ». Celle-ci propose, « en marge des foisonnantes bibliothèques numériques » la republication d’un article choisi et commenté par un chercheur contemporain. Cette idée originale permet de découvrir et de remettre en lumière des textes enfouis dans les revues. Roger Chartier présente par exemple un article de Pierre Vilar sur « Le temps du Quichotte », Patrick Boucheron la « Note sur Machiavel » de Merleau-Ponty, Michel Porret « La responsabilité morale de l’historien » de Bronislaw Baczko, Liora Israël « La force du droit » de Pierre Bourdieu, Pierre Judet de la Combe, Laurence Bertrand Dorléac « Arcimboldo ou Rhétoriqueur et magicien » de Roland Barthes. En tout, près d’une vingtaine de ces « Tirés-à-part » ont paru [2].

 

On recommandera tout particulièrement aujourd’hui la lecture de « On y croit toujours plus qu’on ne croit. Sur le manuel vaudou d’un président [3] » de Jeanne Favret-Saada, article tiré de la revue L’Homme, choisi et édité par Arnaud Esquerre. Cette profonde réflexion sur un minuscule fait contemporain rappelle avec profondeur, sagesse et humour, la place toujours agissante de la pensée magique, y compris au plus haut sommet de l’État. L’ethnologue spécialiste de la sorcellerie revient ici sur les deux procès successifs qu’un président de la République avait intenté à une petite maison d’édition ayant publié un coffret satirique. Celui-ci contenait un Manuel vaudou avec un livre, une poupée de chiffon à l’effigie du président et quelques épingles à enfoncer. Les avocats du chef de la « République la plus laïque au monde » développèrent progressivement des arguments révélant une certaine foi en la magie.

 

À la terrasse des cafés retrouvés, la lecture de ce tiré-à-part de Jeanne Favret-Saada sera d’un apport bien utile, alors que nous sommes en train de sortir d’une période particulièrement tressée d’irrationnel et de rationnel, de scientifique et de magique.

 

 

François Bordes

 

 

RETROUVEZ ICI TOUTES LES LIVRAISONS DE L’ABÉCÉDAIRE

 

 

[1]. Philippe Artières est par exemple à l’origine, avec Jean-François Bert, de la remarquable collection « Audiographie » aux Éditions de l’EHESS. Il vient de publier Le peuple du Larzac. Une histoire de crânes, sorcières, croisés, paysans, prisonniers, soldats, ouvrières, militants, touristes et brebis…, Paris, La Découverte, 2021 et Ghostwriters dans la collection « Diaporama » des éditions de l’IMEC, Saint-Germain-la-blanche-herbe, 2021.

[2]. Voir la présentation de la collection sur le site des Presses de la Sorbonne : http://www.editionsdelasorbonne.fr/collections/tiresapart

[3]. Jeanne Favret-Saada, On y croit toujours plus qu’on ne croit. Sur le manuel vaudou d’un président, édité par Arnaud Esquerre, Paris, Éditions de la Sorbonne, « Tirés à part », 2020.


Partager cet article :