« Sur les revues

Paysages intérieurs

Voyages. Voyageur. Pigeon !

Peut être est-ce l’approche des vacances qui nous fait repenser à la nouvelle revue Le Pigeon ?

Avions-nous insisté lors de sa parution sur l’entretien mené par Mélikah Abdelmoumen, rédactrice en chef et Annie Goulet, éditrice, avec Dany Laferrière, qui se retrouve de fait parrain de cette belle entreprise ? Dans ces quelques pages, il rappelle le rôle essentiel des revues, à la fois refuge, laboratoire, boîte à surprises, tube à essais… mais aussi celui des éditeurs.

En voici la conclusion :

« […] Ainsi, le lecteur de la revue découvrira des auteurs auxquels il n’aurait pas eu accès auparavant. Les auteurs, comme les lecteurs, finissent par se contaminer en se retrouvant si souvent dans un même espace. Cet espace choisi est plus intéressant qu’un espace donné. On ne côtoie pas l’autre sans un certain risque.

[…]

La revue peut donc jeter toutes sortes de passerelles. L’éditeur d’un des auteurs de la revue peut aussi être amené à découvrir, aux côtés de son auteur, d’autres auteurs qu’il ne connaissait pas avant, et les inviter à son tour à participer à des revues ou à des activités dans son pays ou dans son espace littéraire, dressant ainsi un nouveau pont entre l’auteur et son lecteur, même si chacun habite un coin différent de la planète.

Il suffit que les éditeurs se fassent un peu plus confiance entre eux pour faire de la revue un véritable lieu d’échange. C’est ce qui s’est passé avec La NRF, ou encore durant ce voyage en Haïti organisé par les éditions Mémoire d’encrier. Il faut organiser un tel espace de convivialité. Il y va de l’avenir de la littérature. »

 

Le Pigeon no 1, 1er trimestre 2015, Éditions de l’Hexagone.


Partager cet article :