« Revues

POÉTISTHME

POÉTISTHME, ce n’est donc pas qu’une revue, c’est aussi un vaste chantier du rêve – un rêve littéraire et social – qui tend à la construction d’un langage du cœur pour le cœur. C’est de cet idéal de lien entre les êtres qu’est née la notion et le nom de poétisthme, alliant la poésie dans son sens originel (création, fabrication) et l’isthme cette langue de terre qui brave les obstacles, la mer pour joindre deux continents… L’idée était d’une simplicité (c’est peut-être là toute sa complexité) insolente : se donner les moyens de créer un langage qui joint les êtres, et plus particulièrement ce qui palpite et insuffle la vie en eux, leur cœur.

La création d’une revue éponyme répond à la nécessité de créer lieu commun d’écriture autour de ce rêve. De surcroît, POÉTISTHME est un espace d’expression partagé sans jugement, sans censure, une ligne d’horizon où s’invente le poétisthme (en tant que langage), grâce aux contributions de chacun qui sont toutes sur un pied d’égalité. Ces feuillets accueillent une part de ceux qui y laissent un texte – chacun fait un don de soi en partageant ce qu’il écrit, c’est une façon de s’exposer pour provoquer une rencontre avec celle ou celui qui lit. Une rencontre. C’est aussi cela que POÉTISTHME cherche à produire, une rencontre par le prisme de la poésie (quelque soit sa forme).

Il est essentiel de réapprendre à se retrouver (soi et autrui) quand les repères viennent à manquer. Si le poétisthme n’a pas vocation (car il n’est voué à rien, il ne fait que tendre vers un idéal partagé) à être un repère, espérons au moins qu’ensemble – le temps de l’écriture, d’une lecture – nous pourrons en faire un refuge, avant de reprendre notre chemin, le cœur serein.

 

poetisthme@yahoo.com


Coordonnées de cette revue :


URL : https://poetisthme.tumblr.com


Méta :

ISSN Electronique : 2648-1952
Année de création : 2018
Thème(s) :
Type :


Partager cet article :


Vous avez des informations / corrections a propos de cette revue ? De l'actualité ? De l'iconographie ? Faites-nous en part. Merci !