Asylon(s).Digitales

…du grec « asylon » (a privative + sylon piller) « que l’on ne peut piller », inviolable, le terme « asile » a évolué jusqu’à désigner des lieux de mise à l’écart (vieillards, aliénés…). Le droit de l’asile a aussi évolué jusqu’à justifier aujourd’hui, dans de nombreux pays, le rejet de la quasi totalité des exilés. Référé à la Convention de Genève sur les Réfugiés (1951), cet asile étatique, en devenant marginal a laissé place à un asile sociétal qui, dans de nombreux pays d’accueil, forme aujourd’hui l’essentiel de la protection internationale proclamée dans les articles 13 et 14 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948).

Cet asile sociétal, exercé par les voisins, les amis, les militants de la solidarité, les instituteurs et parents d’élèves, les collectivités locales… est accordé souvent en dehors du droit et de l’action étatiques et de plus en plus souvent contre eux. Au regard des articles précités c’est un asile juste mais dégradé. Son ampleur actuelle est symptômatique de l’enterrement de l’asile étatique.

La revue Asylon(s), publiée depuis octobre 2006 par le réseau scientifique TERRA (Travaux, Études, Recherches sur les Réfugiés et l’Asile : http://terra.rezo.net), contribue à la production des connaissances en sciences sociales sur les deux dimensions de ce domaine aujourd’hui saturé dans l’espace public par les idéologies et les croyances. No 1 octobre 2006.

 

revue-asylons@reseau-terra.eu


Coordonnées de cette revue :

Éditeur : réseau scientifique TERRA (Travaux, Études, Recherches sur les Réfugiés et l’Asile)

Email : revue-asylons@reseau-terra.eu
URL : http://terra.rezo.net

Méta :

ISSN Electronique : 8089-9790
Année de création : 2006
Thème(s) : , ,
Type :