Au fil des livraisons

Secousse : Pour Franck Venaille

Ainsi aura-t-il fallu qu’un poète meure pour que Secousse, après avoir semblé définitivement refermer ses pages, renaisse. Double revie donc parmi les cendres encore chaudes : Secousse revient pour un numéro tout entier consacré à Franck Venaille mort le 23 août 2018. Qui prétend que les revues sont lentes quand il aura fallu tout juste

Publié le

Au fil des livraisons

La tête et les cornes n° 7

Est-il moyen de ne pas se perdre dans les dérèglements des sens/du sens proposés par ce nouveau numéro de La tête et les cornes ? Parmi toutes ces langues traduites (allemand, japonais, anglais, birman et celle qui est silencieuse ici : le coréen), ce sont langues dans la langue qui nous demandent accueil, patience, attention,

Publié le

Vie des revues

Conférence, 47e et dernière

  « Voilà sereinement achevée la journée de travail. Elle  aura duré vingt-trois ans. » La phrase est si belle qu’on voudrait la laisser en suspension, s’arrêter là, elle qui donne congé, qui écrit les premiers derniers mots de Conférence. C’est par un texte court – un billet au regard des sommes dont la revue est coutumière!

Publié le

Gros plan

Critique Memories #Préambule

À l’approche du colloque de Cerisy consacré à la revue Critique, Ent’revues publie une série de textes personnels, originaux et inédits. Première livraison, sous forme de préambule, par André Chabin.    Critique Memories #Préambule Jean Piel, le geste Critique         «  Quant au fond du débat, il conviendra de nous interroger tous ensemble

Publié le

Au fil des livraisons

La tête et les cornes n° 4

  « Ici au contraire, dans cette église de campagne, au plus près du ciel, la simplicité règne. »   Simplicité étudiée de La tête et les cornes (no 4) : sur leur papier camel, les textes-poèmes s’enchaînent derrière la couverture/poster de la revue (une image de la bibliothèque de Claude Royet-Journoud).   « Je recherche une résidence permanente,

Publié le

Au fil des livraisons

Rehauts n° 40

  Quel goût aurait le numéro 40 de Rehauts ? Celui du thé ? « Délicatesse de la cérémonie du thé/qui m’apaise », « Cette amertume que je bois/Se répand dans mon corps/Et je ne meurs pas » (Jean-Claude Caër au cœur du Japon des temples, cimetières, sanctuaires). Au-delà de l’amer, un goût de mort, de rien si obstinément cultivé qu’il

Publié le

Au fil des livraisons

Les Carnets d’Eucharis n° 4

  Fenêtres ouvertes sur poésies : un autre nom possible des Carnets d’Eucharis dont Nathalie Riera vient de livrer le 4e numéro. À tous les mots, les pluriels s’imposent tant les échappées sont profuses, les époques diverses, les langues multiples, les voix à découvrir nombreuses. Tout commence ici par un hommage à Charles Racine (1927-1995) «

Publié le

Gros plan

Un entretien avec Frédéric Fiolof, la moitié du fourbi

Dans le flux ininterrompu des revues qui se créent, certaines silhouettes émergent, s’imposent plus sûrement que d’autres : élégance de touche sans ostentation, fermeté de la démarche tout en souplesse cependant, richesse et diversité des savoirs et des écritures que la revue tresse et puis cette énergie qu’on sent, qu’on voit à l’œuvre…Telle nous apparut la

Publié le

Au fil des livraisons

Un journal qui a tout d’une revue

    On veut bien sûr parler du journal Hippocampe, né aux côtés de la revue du même nom et inventé par le même Gwilherm Perthuis épaulé par une escouade de chroniqueurs talentueux.   Donc, s’il est journal assurément – l’actualité est son carburant – les formats qu’il propose l’apparente au régime éditorial de la

Publié le

Libres propos

Réglé au millimètre

      Le goût prononcé pour la précision mathématique de La Poste* – ne disons plus service public postal, on oubliera bientôt la majuscule – touche à la perversion. Il y a quelques jours, d’une université de Casablanca, nous recevions tout fiers – ce n’est pas si souvent – une commande de 5 numéros

Publié le