Les revues

Jongler

Jongler, c’est Martin Richet. Martin Richet, ce sont 100 pages de traduction de l’américain par ses soins. 11 poètes contemporains :  Gertrude Stein, John Ashbery, Robert Creeley, Larry Eigner, Philip Whalen, Robert Grenier… Est-ce une revue ? Cette folle entreprise se donne pour appellation bulletin. Plutôt bottin, non ? En guise d’achever d’imprimer ceci : Que valent

Publié le

, ,
Au fil des livraisons

Mirabilia, n° 6

N’y aurait-il qu’une seule raison de lire le dernier numéro de Mirabilia (n°6, automne 2014), ce serait pour faire la découverte époustouflante du peintre américain Andrew Wyeth (1917-2009). Difficile de faire sentir l’envoûtement que les 8 œuvres reproduites ici procure. Des sujets humbles, des fragments de vie simple, sous une palette comme amortie, traités avec

Publié le

Au fil des livraisons

La revue de belles-lettres, 2014, 2

Le dernier numéro de La Revue de belles-lettres est constellé de découvertes mais n’est-ce pas toujours le cas ?   Il s’ouvre sur une carte blanche à José-Flore Tappy : on se souvient peut-être – c’est si récent – qu’elle fut l’éditrice de Philippe Jaccottet dans la Pléiade, on a pu croiser quelques-unes des ses traductions (Akhmatova, Gongora) mais

Publié le

Au fil des livraisons

Le banquet de Midi

« Une table à midi. Sur une assiette, des fruits, des abricots, des pêches de vigne.» Ainsi commence l’un des deux textes que Françoise Thieck-Champin donne à sa revue Midi. Chatoiements des couleurs, sensualité des peaux, douceur des pulpes: tout est là. Simple et profus, le banquet de Midi peut s’ouvrir. On craint, un instant, que

Publié le

Au fil des livraisons

L’île de La NRF (dans Phœnix n° 14)

  Lors de vacances en 1925, Paulhan tombe amoureux de l’île de Port-Cros. Mais comment y revenir de manière régulière et selon un budget raisonnable ? Et voilà que le propriétaire de l’un des forts de l’île, la Vigie, lui propose une location de longue durée : 15 ans. Comment faire ? Qu’à cela ne tienne : créer une

Publié le

Libres propos

La revue, la nuit

  Depuis des lustres, pour les revues, et pas seulement françaises loin de là,  Paris possède le pouvoir d’un aimant irrésistible. Sans doute pourrait-on écrire l’histoire culturelle de la capitale en reconstituant l’aventure des centaines revues qui l’ont portée. En revanche, Paris est-elle la plus aimante des villes à l’égard des revues ? Jouant cette carte

Publié le

Au fil des livraisons

Lire Jean Paulhan

  Créé en 1978, le Bulletin de la Société des Lecteurs de Jean Paulhan opère sa mue : il devient revue mais se dit Lettre, à moins qu’il ne se nomme décidément Jean Paulhan et ses environs. Faut-il détecter quelque subtilité rhétorique paulhanienne dans ce trouble de l’identité ? En tout cas, il s’agit bien d’un numéro

Publié le

Sur les revues

Des revues aux archives : Olivier Corpet se passe en revue

  Dans un texte court, intense et personnel, Pourquoi et comment (dans la série Le Lieu de l’archive, supplément aux Carnets de l’IMEC), Olivier Corpet raconte son IMEC, celui qu’il a cofondé en 1988 et dont il a assuré la direction, le développement et la pérennité. Celle-ci n’est jamais gagnée : il s’agit de séduire,

Publié le

Au fil des livraisons

Cassandre et Michelle K.

« Nous parlons et dînons, nous enregistrons » : dispositif certes amical mais ordinaire pour réaliser un entretien entre deux vieilles connaissances. Sauf que…   D’un côté (avec Coline Merlo) Nicolas Roméas, le directeur de Cassandre, de l’autre Michelle Kokosowski : avec la flamboyante Koko, rien qui aille et qui tienne. L’entretien devient un « non entretien », le dialogue, un duo,

Publié le

Au fil des livraisons

Rehauts n° 33

  D’abord, le plaisir immense de retrouver Mathieu Bénézet dans la dernière livraison de Rehauts (no 33) : une série inédite de poèmes qui datent des années 90, infiniment tendres, poèmes de roses et d’amour  « Dans le petit vase/2 jonquilles murmurent Olga ».   Et tant d’autres plaisirs dans cette  revue : des voix que l’on aime y

Publié le