Vie des revues

Prix Clarens du journal intime 2021 pour Alejandra Pizarnik

  Ils étaient six en lice pour le prix du journal intime 2021, attribué tous les ans par la revue Les Moments littéraires en partenariat avec la Fondation Clarens. Les livres de Pierre Bergounioux, René Depestre, Julien Green, Albert Memmi, Anita Pittoni et enfin Alejandra Pizarnik avaient été précédemment sélectionnés par les huit membres du

Publié le

Au fil des livraisons

Roaditude & L’Alpe : dépaysements

    Cet été, tandis que le numéro inaugural du Routard Magazine, déclinaison trimestrielle du fameux guide, faisait un carton plein en kiosques*, on s’est intéressé, nous, à deux revues plus confidentielles qui ont elles aussi, et ô combien, le mérite de nous oxygéner les méninges. La première est grande (30 x 23), très belle,

Publié le

Au fil des livraisons

Les Moments Littéraires : un prix en vue et la nouvelle livraison

    Après Sándor Márai en 2019, après Takuboku en 2020, qui sera honoré par le prochain Prix Clarens du journal intime, du nom de la fondation qui le décerne en partenariat avec la revue Les Moments littéraires ? La première sélection de l’édition 2021 a été récemment rendue publique par Gilbert Moreau, qui préside le

Publié le

Au fil des livraisons

Hommage au paillasson : Papier Machine n° 11

    On pourrait emprunter à Obélix une de ses répliques favorites, l’acclimater à la situation, et dire, d’abord : « Ils sont fous, ces Belges ! » Il n’y a que Papier Machine, des bruxelloises éditions Bashibouzouk, pour consacrer un numéro au… paillasson.  « Une revue qui rendrait hommage au paillasson, ce serait incroyable », écrit l’humoriste François Morel dans

Publié le

Au fil des livraisons

45 ans de poésie québécoise : Estuaire livraison 182

Entrée dans sa 45e année, la revue québécoise de poésie Estuaire a toujours fière allure. Michaël Trahan, qui en assumait ces dernières années la rédaction en chef, annonce passer le flambeau à Stéphanie Roussel. Il trouve les mots justes pour dire ce qu’est selon lui l’expérience de la revue : « Une revue n’est pas une ligne

Publié le

Au fil des livraisons

Cahiers Jules Lequier n° 8 : l’éclaireur éclairé

    Vitrine de l’actualité de la recherche contemporaine sur Jules Lequier (1814-1862) et ouvrant toujours plus l’horizon de l’analyse critique et génétique d’une œuvre éclatée, les Cahiers portant son nom, publiés à l’initiative de l’association des amis du « penseur infortuné et fier » (Xavier Tilliette), présentent leur 8e numéro. Et il est tout

Publié le

Au fil des livraisons

Monologue n° 1 : reprendre langue

    Monologue n’en est pas à son coup d’essai. Cette revue a une histoire, un arrière-plan, disons. Il faut remonter à la fin des années 80 ; Gilles Jallet et Xavier Maurel étaient déjà aux manettes et le projet portait ce même sous-titre exactement : « revue de langue et de littérature ». Pourtant, curieusement, ce passé n’est

Publié le

Au fil des livraisons

Les Moments littéraires n° 45 : côté Belges

  Après les diaristes suisses, place aux belges. Précédemment, c’était dans le n°43, Les Moments littéraires nous avaient en effet gratifiés d’un excellent numéro (Jaccard, Meizoz, Ramuz, Roud…) placé sous le signe de l’incontournable Genevois Henri-Frédéric Amiel, diariste prolixe s’il en fut. Cette fois ce sont, connus ou non, des contributeurs originaires de Belgique que

Publié le

Au fil des livraisons

Billebaude n° 17 : sur la piste du cerf

  Il fallait le grand format de Billebaude pour mettre en majesté, sur la couverture, le portrait d’un cerf et de ses hauts bois. « Un animal d’exception », s’émerveille Philippe Dulac, le président de la Fondation François Sommer, l’institution qui publie cette superbe revue de vulgarisation en collaboration avec Glénat. En parlant d’emblée de l’imposante ramure

Publié le

Au fil des livraisons

REVU n° 8 : culture de la bouture

  C’est Frédéric Beigbeder qui disait ça il y a quelques années : « Le snobisme peut être attribué à une tête à claques, mais également à quelqu’un de curieux qui aimera des choses que la masse rejette. » Pas faux ce que dit là le Frédo, et cela pourrait s’appliquer, façon blason ou devise, à l’autoproclamée « snob

Publié le